Paris encore en vie…

le
0
Paris encore en vie…
Paris encore en vie…

Championnat, Coupe de France, Coupe de la Ligue, Ligue des champions Ce matin, Paris est toujours en course, partout. C'est déjà ça.

Leo avait raison
Le mérite n'a rien à voir avec le sport. Même agricole, le mérite ne vaut pas grand-chose. Alors, voilà : Paris ne "méritait" pas mieux, Paris n'a pas été "méritant". C'est la Ligue des champions, bonhomme ! La possession, les occases, les tirs cadrés ou les duels réussis ont certes pesé plus lourd en faveur des Lutéciens. Mais à l'arrivée, ça fait 1-1 et une tendance indiciaire ne leur accorde que 27 % de chance de passer en quarts. Mais, bon, 27 % ce n'est qu'une stat, qu'un "chiffre". On verra bien ! Et puis dans deux ans, on aura déjà oublié que "ce Paris méritait mieux" Paris a d'abord et surtout su s'éviter le pire des trois scénarios possibles, le scénario catastrophe qui l'aurait éliminé dès le match aller sur un score devenu rédhibitoire. Ce n'est pas le cas : le PSG est encore en vie. Le nul embêtant mais pas fatal indique même, dans son contenu, que le coup est encore jouable. Ceci dit, c'était une configuration "match aller à dom" pour Laurent Blanc, et on peut faire confiance au Mou pour écrire à l'encre rouge l'histoire du match retour. Paramètre important : les trois semaines qui séparent les deux confrontations. Cette période incroyablement longue peut changer beaucoup de choses des deux côtés : les présences éventuelles d'un Javier Pastore à 100 % (jamais décevant en C1) ou d'un Kurt Zouma (à la place d'un Cahill naufragé hier soir) pourraient bouleverser la donne à Londres. Le déroulement du match d'hier soir n'a pas dessiné non plus le deuxième scénario, complètement fou, de voir Paris battre nettement Chelsea, comme certains l'imaginaient (score pourri + blessures en cascade face à Caen = rédemption divine face aux Blues).

C'est donc le troisième scénario, le plus logique, qui s'est réalisé mardi soir, celui bien entrevu par un Karl-Heinz Rummenigge la semaine dernière : avantage Chelsea pour la qualif en quarts, mais au prix de deux rencontres équilibrées. Bien vu. Pour l'instant, on en est là. On avait moqué Leonardo, l'ex-directeur sportif, quand il avait affirmé que "le PSG était plus taillé pour la Coupe d'Europe que pour la Ligue 1". Il avait raison : ce PSG version qatarienne change résolument de visage quand résonne l'hymne de la "Champions". Et il semble que Laurent Blanc n'ait pas vraiment prise sur un groupe...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant