Paris: en hausse mais sans enthousiasme, records à W-Street.

le
0

(CercleFinance.com) - Le CAC40 grappille +0,55% à 5.190 et ne parvient pas à en terminer au-dessus des 5.200 points (après un 'pic' intraday à 5.208 vers 11H40).

Les places européennes dans leur ensemble se sont montrées un peu timorées (l'E-Stoxx50 affiche +0,45% à 3.486) alors que le Nasdaq, le Dow Jones et le 'S&P500' battent de nouveau records absolus... et ça tient bon à mi-séance.

Le Dow Jones (+0,5% à 21.730) s'est hissé à 21.740, le S&P500 (+0,2%) à 2.482, le Nasdaq (+0,2% grâce à Amazon à 1.051$) à 6.440 et le Russel-2000 réédite son zénith de la veille à 1.450... toujours sur l'anticipation d'une majorité de bonnes surprises avec la publication d'une déferlante de résultats d'entreprises, ultra-majoritairement 'supérieurs aux attentes'.

Et c'est Boeing qui vient jouer le rôle de catalyseur avec une envolée de +8% à 229$ qui rajoute +100Pts rien que pour le Dow Jones (Boeing rehausse ses objectifs de vente et de marge et affiche +48% depuis le 1er janvier et +70% depuis le 25 juillet 2016).

Le dernier 'market mover' (sans réel impact) de la séance fut l'inventaire des stocks hebdo de pétrole avec un recul de -7,2Mns de barils de brut: le WTI prend +1,3% à 48,5$ sur le NYMEX.

L'actualité macroéconomique n'était absente en Europe: l'indice de confiance des ménages français chute de -4Pts à 104, après 2 mois de forte progression (effet Macron).

Au Royaume Uni, le chiffre préliminaire du PIB s'établit à +1,7%, conformément au consensus.

Le seul indicateur notable outre-Atlantique était le chiffre des ventes de logements neufs au titre du mois clos: il ressort en hausse de +0,8%.

La réunion de la Fed (qui donnera lieu à un communiqué à 20H) s'apparente quant à elle à un non-événement, le maintien des taux étant acquis eu égard au caractère contrasté des dernières données disponibles.

Sur le marché des changes, l'euro consolide marginalement (-0,1% face au dollar à 1,1635, alors que le baril de WTI se stabilise vers 48,5$.

S'agissant des valeurs, Peugeot (+3,2%) finit en tête de l'indice vedette (après avoir gagné +5,5% ce matin) sur fond de hausse du bénéfice net part du groupe et d'augmentation de 5% du chiffre d'affaires au terme des 6 premiers mois de l'année.

Renault s'adjuge +1,3% et Faurecia +0,5%.

Deuxième du palmarès, Atos (+2,7%) a pour sa part enregistré une progression de 2,9% de son bénéfice net part du groupe au premier semestre à 211 millions d'euros; Airbus, dopé par Boeing, engrange +2,8%.

Inversement, Arcelor-Mittal a lâché -2% et Lafarge -1,2%.

Sur le SBF 120, Thales s'adjuge de son côté +2,6%, entouré dans le sillage d'une amélioration de la marge opérationnelle à l'issue de la première moitié de 2017. Technip, soutenu par le baril, prend +2,1%.

Worldline (+2,2%) grimpe alors que l'ensemble des objectifs 2017 ont été relevés, en marge de comptes semestriels probants.

Au rayon des baisses, Seb (-1,5%) pâtit d'un ralentissement de la croissance entre le premier et le deuxième trimestre. Le fabricant de petit électroménager a tout de même dégagé un bénéfice net de 83,3 millions d'euros au premier semestre, en hausse de près de 35%.

Enfin, Showroomprivé s'effondre de près de 20% consécutivement à l'annonce d'une révision à la baisse de l'objectif de marge brute d'exploitation pour 2017, après un premier semestre dans le rouge.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant