Paris: en contact des 4.300 malgré le rebond de W-Street.

le
0

(CercleFinance.com) - Une correction de -1 à -1,2% sur les places européennes au lendemain d'une hausse d'ensemble de +1,25% des indices US, c'est un scénario assez singulier.

Peu d'opérateurs auraient parié sur la cassure des 4.300Pts sur le CAC40 (il perd 0,9% vers 4.297Pts), ce qui efface les gains laborieusement accumulés ces dernières 48H.

Cette baisse étonne d'autant plus que le pétrole reste bien orienté (+0,5% à 44,75$ après +2,5% la veille sur le NYMEX) tandis que la parité Euro/Dollar demeure très calme (le billet vert reperd juste un peu de terrain à 1,1405/E).

'Le CAC manque cruellement d'étincelle et d'une conviction forte à court terme', estiment les équipes de Barclays Bourse.

'Dans l'immédiat, l'incertitude autour du referendum britannique (...) représente une épée de Damoclès pour les investisseurs', ajoute le gestionnaire d'actifs.

Chez nos voisins, Londres recule de 0,2% et Francfort cède -0,8%, Madrid et Milan reperdent -1,4% et -1,6% respectivement et l'Euro STOXX 50 lâche -1,1% à 2.945Pts.

'On a eu toute une série de résultats trimestriels ce matin, mais ce n'a pas été suffisant pour insuffler une véritable inspiration aux marchés', commente un trader en poste à Londres.

A Paris, Arkema parvient malgré tout à grimper de 4,6% après la publication d'un résultat net part du groupe en forte hausse à 98 millions d'euros au premier trimestre.

Alstom progresse de 3% après avoir annoncé un premier trimestre supérieur aux prévisions et fait état d'un carnet de commande de 30,4 milliards d'euros, en hausse de 7%; la vente de la division 'énergie' à General Electric en fait également une entreprise presque intégralement désendettée.

Euronext grappille après avoir trouvé un accord avec les autorités néerlandaises sur les questions prudentielles, lui apportant un cadre 'certain' sur le long terme.

Du côté des baisses, JCDecaux décroche de 9% après avoir communiqué à l'occasion de son point trimestriel des perspectives jugées 'particulièrement décevantes' pour le second trimestre.

EDF dévisse de 4%, au lendemain de la présentation d'un chiffre d'affaires de premier trimestre en baisse de 6,7% à 21,4 milliards d'euros, jugé 'faible'.

Un seul chiffre à suivre cet après-midi aux Etats Unis: les stocks de pétrole hebdomadaires.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant