Paris en 2050 : des tours vertes à perte de vue ?

le
3

La tour Montparnasse deviendrait un «Central Park vertical», selon les mots de l'architecte à l'origine du projet «Paris Smart City 2050», qui prend en compte les contraintes futures de la ville de Paris.

L'avenue des Champs-Élysées n'est pas la seule artère de la capitale à être l'objet d'études prospectives... La ville de Paris (via son agence de l'écologie urbaine) a chargé le cabinet d'ingénieurs Setec bâtiment et l'architecte belge Vincent Callebaut de se pencher sur une vision futuriste de Paris à l'horizon 2050. À l'arrivée, on découvre une étude illustrée, dévoilée ce week-end par le JDD, intitulée «Paris Smart City 2050». Une étude qui fait de Paris une véritable ville «verte» prenant en compte les contraintes de demain.

Quelles sont les natures de ces contraintes? Le manque de place, qui est un problème d'ores et déjà existant, mais aussi les dérèglements climatiques - une augmentation d'au moins 2° - engendrant des risques d'inondations et de canicules. «Nous avons proposé des prototypes de tours à énergie positive prenant en compte ces contraintes futures de Paris», a expliqué l'architecte Vincent Callebaut au JDD. Tout cela en gardant de vue le plan climat 2050, qui prévoit notamment de réduire de 75% les émissions de gaz à effet de serre!

Quatre mois ont été nécessaires pour construire cette étude, rendue en septembre dernier. Résultat: huit tours végétalisées et multifonctionnelles d'environ 120 mètres de hauteur, dispatchées de part et d'autre de la capitale, qui transformeraient les actuels bâtiments hyperénergivores en immeubles de grande hauteur (IGH) à énergie positive qui «rapatrieraient la nature en ville», explique Vincent Callebaut. Ainsi, la tour Montparnasse deviendrait «un prolongement du jardin du Luxembourg. L'idée serait d'en faire un Central Park vertical de 58 étages. Une sorte de parc public étagé. Les parisiens y accéderaient par une promenade en colimaçon», selon Vincent Callebaut. L'étude imagine également des «Mountains Towers», des tours de logements qui prendraient directement racine sur le toit des immeubles de l'historique rue de Rivoli.

Si de tels projets peuvent paraître extraordinaires, ils sont néanmoins réalisables, puisqu'ils ont été pensés à partir de technologies déjà existantes. Toutefois, elle «n'a pas encore été portée à la connaissance des élus, ajoute aussi Jean-Louis Missika», adjoint d'Anne Hidalgo en charge de l'urbanisme, tout en précisant que Paris Smart City 2050 «dépasse de loin» l'objet de l'étude actuellement menée par la mairie de Paris.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le jeudi 15 jan 2015 à 08:36

    Les tours sont des pièges à charges de syndic délirantes .

  • suparico le mercredi 14 jan 2015 à 15:00

    encore des projets de bobos à l'encontre des souhaits des habitants. Les habitants souhaiteraient des logements moins cher, et moins de monde dans la capitale. Au lieu de ça, on veut nous rajouter des tours, surement tres cheres à cause de l'aspect ecologique. non merci aux bobos ecolos.

  • sidelcr le mercredi 14 jan 2015 à 11:56

    Pour finir en ghetto en 2060 ?