Paris: efface tous ses gains depuis le 13/07, W-Street aussi

le
0

(CercleFinance.com) - Paris clôture au plus bas: le CAC40 aligne une 2ème séance consécutive de consolidation et le recul atteint -1,84% à 4.328, niveau proche des planchers du jour (4.325 au plus bas vers 17H15).

Le CAC40 efface ainsi en 48H tout le terrain gagné depuis le 12/13 juillet et il en va de même à Wall Street.3

A la mi-séance, Wall Street consolide de -0,7 (Dow Jones) à -1,2% (Nasdaq) et cela suffit à casser la base du corridor horizontal amorcé le 14 juillet sur le Dow Jones et le 'S&P' (-0,9%, il retombe vers 2.151Pts, ce qui le ramène à ses niveaux médians du 12 juillet dernier).

Statistiquement, nous assistons à un cas de figure inédit car toutes les 'consolidations à plat' après une série de records historiques débouche sur d'autres records historiques.

Les investisseurs ne saluent pas les chiffres plutôt encourageants concernant les dépenses des ménages américains (+0,4%) qui s'avèrent une fois de plus largement supérieures aux revenus (+0,2%), ce qui confirme la tendance observée au 1er semestre.

Les places européennes affichent -2% de repli en moyenne, l'E-Stoxx50 plongeant de -2,05% vers 2.907 dans le sillage de Milan et Madrid qui décrochent de -2,8%.

Londres ne cède que -0,7% à l'avant-veille de la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, qui devrait réduire son taux directeur après la décision britannique de sortir de l'Union européenne (ce matin, c'était l'Australie qui réduisait son taux directeur de -0,25%, à 1,5% (12ème réduction depuis un plafond de 4,5% en 2007) alors que l'inflation s'établit à 1% (au plus bas depuis 17 ans), loin des 2% espérés.

Du côté des indicateurs, les prix à la production industrielle (PPI) ont augmenté de 0,7% dans la zone euro et de 0,8% dans l'UE en juillet, a rapporté Eurostat en fin de matinée.

Sur le marché des changes, l'euro grimpe de +0,65% face au dollar à 1,1225, alors que le baril de WTI rechute de façon incongrue : -1,5% vers 39,5$ sur le NYMEX (le recul du $ entraine d'ordinaire une hausse symétrique du pétrole)

Concernant les valeurs, Maurel & Prom grimpe de plus de 35,7% après l'annonce d'une OPA de la compagnie énergétique indonésienne d'Etat Pertamina. Le titre cote actuellement 3,9 euros, encore relativement loin du prix de l'offre de 4,2 euros.

Son dauphin sur le SBF 120 Eurofins Scientific grimpe quant à lui de 10,6% dans le sillage de comptes semestriels marqués par une croissance de 51,5% du bénéfice net ajusté.

A contrario, Air France-KLM cède 1,8% alors que la compagnie nationale française a évalué à environ 90 millions d'euros le coût du mouvement de grève du personnel navigant qui doit s'achever aujourd'hui.

A noter également la mauvaise tenue des valeurs bancaires, les résultats des 'stress tests' menés par l'Autorité bancaire européenne n'ayant pas eu l'effet dopant escompté sur le secteur. Lanterne rouge du SBF 120, Natixis cède 6,1%, alors que sur le CAC 40 Société Générale et BNP Paribas se replient de respectivement 3,15% et 4,3%, Crédit Agricole cédant -2,7% et AXA -3%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant