Paris donne déjà le ton à une Ligue 1 amorphe

le
0
Paris donne déjà le ton à une Ligue 1 amorphe
Paris donne déjà le ton à une Ligue 1 amorphe

On le sait bien : le classement à la deuxième journée ne veut absolument rien dire. Mais voici les quelques indices laissés en chemin pour tenter de comprendre ce que le championnat nous réserve : Paris est déjà premier et gagne sans forcer, suivi par des Rémois et Caennais enthousiastes, alors que Lyon se remet difficilement en route et que Marseille est déjà en proie aux doutes.

Dix matchs, une vérité

Hormis le PSG, la victoire de Caen et le 0-0 d'Angers contre Nantes – le grand classique français – aucune logique n'a été respectée. Lyon, qu'on ne sentait pas trop, un peu juste durant la préparation, a gagné à l'extérieur sans convaincre. L'électrochoc marseillais n'a pas eu lieu. Monaco, annoncé comme l'un des plus sérieux poursuivants de Paris, a manqué de vigueur. Nice, qui gagnait 3-1 à la mi-temps, a fini par concéder le match nul. Saint-Etienne, à domicile, avait les faveurs des bookmakers. Bastia, plutôt à l'aise à l'extérieur l'année dernière, également La semaine dernière, Lucie, 9 ans, remplit une grille de Loto Foot 15. Elle n'y connaît rien au foot, de son propre aveu. Douze bons résultats sur quinze. Elle gagne 20 000 euros.
Conclusion : Les débuts de saison sont toujours brouillons et pas vraiment significatifs.

Vous avez raté Troyes – Nice et vous n'auriez pas dû

Très clairement, on a tous mieux à faire un samedi soir ou même en semaine que de regarder un match à domicile de Troyes. Mais pour une fois, c'était une erreur. Mieux que Paris et son jeu ronronnant, que Marseille et sa détresse offensive, que Lyon et sa remise en route, il y avait donc cette confrontation entre ces deux futurs résidents du ventre mou français. Nice a longtemps cru tenir le match, en menant 3-1 à onze contre dix mais ils se sont faits surprendre par de braves Aubois. Et franchement, six buts en un match de Ligue 1, c'est au moins aussi intense qu'une cuite entre potes. Et ça coûte également moins cher.

L'analyse définitive du week-end

Depuis le début de l'ère qatarie, jamais le PSG n'a été leader aussi tôt dans la saison. La dernière fois c'était il y a dix ans et sur la feuille de match il y avait des noms invraisemblables. David Rozenhal, Ahmed…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant