Paris, deux en un !

le
0
Paris, deux en un !
Paris, deux en un !

Deux comme la double victoire du PSG contre Chelsea (2-1 et 2-1 à Londres) pour une qualification très correctement maîtrisée pour les quarts. Et deux comme le double boulot parisien en C1 et en C3 qui consiste en l'absence des autres clubs tricolores en Ligue Europa à booster l'indice UEFA de la France…

Le bilan parisien s'est amélioré face à Chelsea au cours de ce troisième round en trois ans. Avec deux victoires en deux matchs, le PSG semble être en progrès. Semble, seulement, parce que ces Blues 2016 étaient trop délavés pour qu'ils puissent constituer un obstacle insurmontable en Ligue des Champions. Avec un Eden Hazard devenu l'ombre de lui-même et malgré sa prestation parfois honnête à Stamford, on se demande si par moments Chelsea n'a pas joué à dix. Et que dire des décevants Pedro, Mikel, Fabregas, Kenedy ? Alors disons que Paris a fait le boulot.

PSG : progrès or not progrès ?


Mais il l'a très bien fait en poursuivant cette exigence de la victoire systématique qu'il s'est imposé cette saison dans toutes les compétitions. Là est le véritable progrès : gagner au Bridge est une réelle performance, surtout quand on y a mis la manière. Bien sûr il y a eu un long temps fort londonien fait de pressing et d'attaques rapides mais ce sont bien les Parisiens qui ont conservé la maîtrise collective et inscrit au moment le plus crucial le but de la victoire. Les satisfactions sont nombreuses, à commencer par celle de Lolo Blanc. Un casting réussi avec son back four brésilien et sa recrue Trapp, parfaitement à la hauteur à Londres et élément décisif de la qualif à l'aller et au retour. Kevin semble avoir apporté le petit plus en Coupe d'Europe qu'on désespérait de voir avec Sirigu… Au milieu, bonne inspiration dans le choix de Rabiot (Pastore n'était pas à 100 %, il est vrai). Malgré quelques pertes de balle, le benjamin aussi peu impressionnable à Stamford Bridge qu'à Bernabeu, a réalisé un match plein et marqué ce but précieux (1-0) qu'il aurait justement mérité de scorer à Madrid ! Devant, Lucas a été à la fois sérieux, au service du collectif et juste assez déroutant pour l'adversaire pour justifier une place de titulaire. Pour le reste, le coaching de Blanc (entrées de Pastore, Cavani, Van der Wiel dans le bon timing) ont rendu encore meilleure une copie sans faute. Ou presque : Thiago Silva s'est fait joliment enrhumé par Diego Costa (1-1) qui, à lui tout seul, a semé un beau désordre dans le camp francilien…

Paris reçu quatre sur quarts [BR…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant