Paris : des centaines de chauffeurs Loti et VTC ont manifesté place de la Nation

le , mis à jour à 20:02
0
Paris : des centaines de chauffeurs Loti et VTC ont manifesté place de la Nation
Paris : des centaines de chauffeurs Loti et VTC ont manifesté place de la Nation

Les sociétés de véhicules avec chauffeurs ont mené ce mardi une cinquième journée de mobilisation en région parisienne, pour protester contre des mesures accordées aux taxis par le gouvernement, notamment les contrôles incessants pour traquer les fraudeurs. La plupart des protestataires sont des chauffeurs qui exercent avec une licence de transport collectif (Loti) et auxquels les taxis reprochent d'effectuer des courses individuelles au mépris de la loi (lire l'encadré plus bas).

L'association Alternative mobilité transport (AMT), qui regroupe plusieurs sociétés de Loti, avait demandé à la profession de se rassembler Place de la Nation à Paris de 9 heures à 18 heures. Plusieurs centaines de berlines noires - 1200 selon les organisateurs, 5 à 600 selon des journalistes de l'AFP - étaient garées au centre de la grande place de l'Est parisien, laissant la circulation libre sur une seule voie. En fond sonore, le rappeur Notorious B.I.G. succède à Daniel Balavoine, en alternance avec les concerts de klaxons.

De nombreux manifestants avaient  placé sur les pare-brises des affichettes «On est bien mal loti», «Valls m'a tué» ou «Valls=G7», la compagnie de taxis francilienne. Des chauffeurs de VTC étaient également présents. Un nouveau rassemblement est prévu mercredi place de la République.

Manifestation des #VTC à Paris (Place de la Nation). Aucune revendication exprimée, mais il y a des hot-dogs. \ud83c\udf2d pic.twitter.com/B6GgjIfExb— Bastien Péan (@BastienPean) 9 Février 2016

La veille, l'accès à l'aéroport de Roissy et le trafic sur l'A1 avaient été fortement perturbés. «Les opérations escargots et aux aéroports, ce sont des initiatives individuelles qu'on ne cautionne pas mais qu'on comprend parce que ce sont des gens désespérés, qui vont se retrouver sans emploi», a expliqué lundi le président de l'AMT, Joseph François.

«On veut juste qu'ils nous laissent travailler, qu'ils ne ferment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant