Paris déplore l'arrestation d'un militant en Azerbaïdjan

le
1

PARIS, 6 août (Reuters) - La France a déploré mercredi l'arrestation d'un militant des droits de l'homme en Azerbaïdjan accusé d'espionnage au profit de l'Arménie, sur fond de regain de tensions entre Bakou et Erevan dans la région du Haut-Karabagh. Arif Yunus, spécialiste à l'Institut pour la paix et la démocratie à Bakou, a été arrêté mardi alors qu'il rendait visite à sa femme, Leyla Yunus, elle-même arrêtée le 30 juillet dernier. Décorée de la Légion d'honneur française en 2013, Leyla Yunus a été inculpée de haute trahison, évasion fiscale et fraude. Les époux Yunus sont accusés d'espionnage au profit de l'Arménie, selon le parquet général d'Azerbaïdjan. "La France déplore le placement en détention provisoire de M. Arif Yunus, époux de la militante des droits de l'homme Leyla Yunus", a indiqué le porte-parole du Quai d'Orsay. François Hollande avait rencontré Leyla Yunus lors de son déplacement dans la région en mai. Peu après son arrestation, la France avait appelé les autorités azéries à libérer la militante, évoquant sa "santé fragile", et à respecter les droits de la défense. L'arrestation de la militante, qui se bat depuis des années en faveur de la réconciliation entre Erevan et Bakou, survient alors que la région du Haut-Karabagh connaît un regain de tensions ( ID:nL6N0Q80JT ). Cette enclave séparatiste arménienne située en Azerbaïdjan a été de 1991 à 1994 le théâtre d'un conflit entre Azéris et Arméniens qui a fait plusieurs dizaines de milliers de victimes. Les deux pays s'accusent régulièrement depuis d'atteinte au cessez-le-feu en vigueur depuis vingt ans à présent. La France dirige, avec les Etats-Unis et la Russie, le "groupe de Minsk" qui tente depuis 1997 de trouver une solution permanente sous l'égide de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE). (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le mercredi 6 aout 2014 à 19:32

    Le drame c'est que le message est : L EUROPE N EST PAS UN PARTENAIRE FIABLE.Ca veut dire que un jour ces sanctons finiront, mais la russie n'importera plus JAMAIS de produit européens, si l'Europe s'arroge le droit de "sanctionner" selon son bon plaisir.Et tant pis pour l 'europe, et tant mieux pour les chinois.