Paris dément les propos «blessants» de son ambassadeur sur le Maroc

le
0
Paris dément les propos «blessants» de son ambassadeur sur le Maroc
Paris dément les propos «blessants» de son ambassadeur sur le Maroc

Paris a démenti, mercredi, des propos sarcastiques sur le Maroc prêtés à son ambassadeur à l'ONU Gérard Araud, tout en confirmant que ce dernier avait bien rencontré en 2011 l'acteur espagnol Javier Bardem, qui a rapporté les propos controversés. «Notre représentant permanent à l'ONU a rencontré, à sa demande, Javier Bardem en 2011. Il n'a pas tenu les propos qui lui sont prêtés», a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal.

Le Maroc est une «maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n'est pas particulièrement amoureux mais qu'on doit défendre». Cette petite phrase rapportée par Javier Bardem, producteur d'un documentaire sur le Sahara occidental qui a suscité la colère des autorités marocaines, alimente la chronique de la tension diplomatique entre Paris et Rabat depuis une semaine.

Ces propos «scandaleux», selon Rabat, avaient d'abord été attribués à l'ambassadeur de France à Washington - ce que Paris avait déjà démenti - avant d'être prêtés à M. Araud. Malgré les «clarifications» apportées par François Hollande au roi Mohamed VI, la tension n'est pas vraiment retombée. Mardi, des milliers de Marocains ont manifesté devant l'ambassade de France à Rabat pour exprimer leur colère.

Si les relations sans nuages entre Paris et Rabat se sont crispées ces derniers jours, c'est aussi pour un autre sujet qui fâche le Maroc quand on évoque les droits de l'Homme au royaume. A la suite d'un dépôt de plaintes pour «torture» et «complicité de torture», à Paris, le patron du contre-espionnage marocain s'est vu notifier une convocation pour s'expliquer devant un juge d'instruction alors qu'il accompagnait son ministre de l'Intérieur à Paris. Blessant pour Rabat qui dénonce une «une violation des règles et usages diplomatiques universels». 

Pour mémoire, le Sahara occidental, ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais revendiquée par des indépendantistes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant