Paris demande à Ryad de surseoir à l'exécution d'un chiite

le
1

PARIS, 23 septembre (Reuters) - La France a demandé mercredi à l'Arabie saoudite de surseoir à l'exécution d'un jeune chiite condamné à mort pour avoir participé en 2011, lorsqu'il était encore mineur, à une manifestation pour l'égalité des droits entre chiites et sunnites. "La France est préoccupée par la situation d'Ali Mohammed al Nimr, condamné à mort alors qu'il était mineur au moment des faits et qui pourrait être exécuté de façon imminente", peut-on lire dans un communiqué du ministère français des Affaires étrangères. "Opposés à la peine capitale en tous lieux et toutes circonstances, nous appelons à surseoir à cette exécution." (Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • maximan le mercredi 23 sept 2015 à 14:33

    Il convient de préciser qu'il est condamné à la décapitation puis à la crucifixion, allez vérifier !Et seulement la veille on bouge, il y avait une réunion sur les rafales avec eux cette semaine ? Et Sarkozy que dit-il à ses amis conférenciers ?