Paris : découvrez la tour qui donne l'impression de vivre à l'extérieur

le
0

VIDÉO - La tour Home comprend 200 logements et a accueilli ses premiers habitants. En partenariat avec le Pavillon de l’Arsenal, le Figaro Immobilier vous fait découvrir comment ce genre d’habitat a été réinventé.

C’est la plus haute jamais construite dans la capitale depuis la tour Boucry, construite en 1974 dans le 18e arrondissement! Pas moins de 13.780 mètres carrés pour un coût total des travaux de 24,5 millions d’euros. Située dans le 13e arrondissement de Paris - au 56 avenue de France - et réalisée pour le goupe Bouygues Immobilier, cette nouvelle résidence baptisée «Home», a été imaginée par les architectes Hamonic+Masson et Comte Vollenweider.

Son concept: travaillé comme un bâtiment unique, tout en abritant logements en accession et logements sociaux, le projet fait le lien entre la «rigidité» formelle de l’avenue de France, le paysage ferroviaire - la gare d’Austerlitz est juste à côté - l’ouverture vers Ivry et le changement d’échelle d’une ville linéaire à une ville verticale. Tout un programme. Le Figaro Immobilier, en partenariat avec le Pavillon de l’Arsenal, centre d’urbanisme et d’architecture de Paris et de la métropole parisienne, vous fait découvrir, comment les architectes ont pensé ce bâtiment.

«La particularité de la tour Home, c’est que deux équipes d’architectes ont travaillé de leur côté pour faire un seul édifice», explique Pierre-André Comte, l’un des architectes du projet. Au total, la tour comprend 96 logements en accession et 92 logements sociaux, et les premiers habitants y ont emménagé récemment. Quant au rez-de-chaussée, il sera aussi aménagé: un restaurant de chef étoilé ainsi qu’une boulangerie s’y installeront d’ici quelques semaines.

À l’intérieur, tout est lumineux et très ouvert. «Chaque appartement a une petite spécifité que l’autre n’a pas, et chacun des logements dispose d’au moins 20 ou 30 mètres carrés d’espaces extérieurs. C’est cela qui donne l’impression de vivre à l’extérieur!», explique l’architecte Gaëlle Harmonic. Côté prix, compter un budget conséquent: les appartements - non sociaux - sont accessibles à 10.000 euros le mètre carré, contre un prix moyen pour l’ancien de 7409 euros le mètre carré dans le quartier. Avec un jardin central installé sur le toit, et des terrasses à plusieurs étages, les habitants de la structure pourront jouir d’une vue imprenable sur la capitale.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant