Paris déclare la guerre au rouleau de papier toilette biodégradable

le
4

L'Aqua Tube de la marque Lotus est dans le viseur de la Mairie de Paris. Le caractère écologique de son rouleau à jeter directement dans les toilettes est mis en cause, trois ans après son lancement.

Cela fait maintenant trois ans que Lotus a lancé son «produit révolutionnaire»: un rouleau de papier toilette en ouate de cellulose «biodégradable» qui peut être jeté dans les poubelles recyclables, dans un compost ou directement dans la cuvette des toilettes. Cela fait donc trois ans que les ménages qui en sont équipés ne se disputent plus à cause du tube en carton non jeté dans la poubelle. Mais c'est aussi au bout de trois ans que la valeur écologique du produit est aujourd'hui remise en cause. C'est dans un courrier envoyé à Lotus la semaine dernière que l'adjoint PS chargé de la propreté à la Mairie de Paris, Mao Peninou remet en cause le papier toilette de Lotus. Il estime en effet que ce tube, jeté dans la cuvette des toilettes, représente une «charge supplémentaire» pour le réseau francilien d'assainissement de l'eau «alors qu'il serait préférable qu'il soit recyclé dans la poubelle de tri ou composté» et ajoute, «même si le rouleau se décompose, il vient salir l'eau, provoque des dépôts et vient encrasser nos usines de traitement d'eau». Contactée par Le Figaro, la Mairie de Paris détaille, «ce n'est pas le produit en lui-même qui nous pose problème, c'est la publicité qu'il y a autour. On ne souhaite pas que le groupe communique et encourage à jeter des déchets dans la cuvette des toilettes. Ce n'est pas une poubelle et ces tubes ajoutent une masse de déchets supplémentaires» affirme-t-elle. Ces critiques font écho à une étude publiée par Que Choisir dans son numéro de juin sur les lingettes et produits biodégradables. Le tube de la marque au nénuphar y est clairement défini comme une double «absurdité écologique» auquel il faut préférer les rouleaux classiques en carton qui «peuvent partir, eux, dans la poubelle de tri sélectif pour être recyclés». Et c'est sur ce point là que la Mairie de Paris souhaite d'ailleurs insister, «Il est clairement plus intéressant de jeter les rouleaux dans les bacs jaunes de tri car, dans les toilettes, cela engendre du papier supplémentaire qui vient renforcer la masse de déchets», masse qu'a pu constater l'adjoint chargé de la propreté qui «s'est déplacé dans les usines d'assainissement et a directement constaté le problème».

Une remise en cause écologique... et économique

Les critiques sont doubles. Dans sa lettre, Mao Peninou remet en cause la valeur écologique de ces rouleaux de papiers, les mauvaises habitudes qu'il inculque aux utilisateurs ainsi que l'impact économique du papier toilette Lotus. «C'est une aberration écologique et économique. Le traitement des eaux usées parisiennes nous coûte déjà 212 millions d'euros par an. Avec ce produit, cela pourrait augmenter». Et, le mot d'ordre est le même au Siaap, le Syndicat Interdépartemental pour l'Assainissement de l'Agglomération Parisienne qui traite chaque jour les eaux usées de 8 millions d'habitants. Olivier Rousselot, le directeur du développement et de la prospective au sein du syndicat l'affirme également, «ces Aqua Tubes rajoutent une pollution aux eaux usées, c'est une charge supplémentaire à éliminer en station d'épuration».

Des arguments réfutés un à un

Chez Lotus, le son de cloche est bien différent. Contacté par Le Figaro, Marc Specque, le directeur de la communication de SCA Hygiene Products, la maison mère de la marque Lotus et le leader européen du secteur se dit «très surpris» de cette lettre. Il souhaite discuter avec la Mairie de Paris et affirme en attendant que l'entreprise est en désaccord avec les arguments avancés. Il détaille, «Aqua Tube est composé de la même matière que le papier toilette. Ce n'est certainement pas du carton! La matière se dissout dans les toilettes, comme du papier. L'Aqua Tube a un impact neutre sur l'environnement». Pour lui, les tests l'ont montré, «l'impact environnemental est le même que l'on recycle le rouleau, qu'il parte en compostage ou qu'on le jette dans la cuvette des toilettes». Trois fins possibles pour ce fameux rouleau qui sont d'ailleurs directement inscrites sur le tube afin d'éduquer le consommateur, objectif commun à la Mairie et à la marque. «Depuis 2011, nous aidons les consommateurs à s'éduquer sur le recyclage et le compostage grâce au tube de papier sur lequel il est écrit " Vous pouvez me jeter, me composter ou me recycler ". Nous avons le même objectif avec la Mairie de Paris: éduquer les consommateurs pour toujours plus recycler et composter» assure ainsi Marc Specque.

Marc Specque l'assure, «nous avons toujours suivi une démarche méthodique et rigoureuse en respectant la réglementation en vigueur. Et, nous n'avons eu aucune réclamation depuis le lancement du produit il y a trois ans». Aucune étude n'a encore été menée depuis la publication de la lettre pour mesurer la réelle valeur écologique de ce produit, mais aussi bien la Mairie de Paris que SCA Hygiene Products se disent favorables au dialogue.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le vendredi 25 juil 2014 à 19:44

    Prévenez tout de suite Ségolène !! Il y a des poubelles pour éviter de boucher les chi..ttes

  • jpdeniel le lundi 21 juil 2014 à 15:33

    t'as raison penelope ... il faut des toilettes japonaises aux rustres Français !

  • lorant21 le lundi 21 juil 2014 à 15:24

    @penilope: je vous laisse l'eau et je garde mon PQ Lotus doux soyeux et efficace..

  • penilope le lundi 21 juil 2014 à 10:23

    le papier toilette est en lui même une aberration...ça étale plus que cela nettoie et cela charge les eaux usées...quand de l'eau est plus efficace pour nettoyer