Paris d'accord avec le FMI sur la consolidation budgétaire

le
4
MOSCOVICI D'ACCORD AVEC LE FMI SUR LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE
MOSCOVICI D'ACCORD AVEC LE FMI SUR LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici s'est dit mardi d'accord avec le Fonds monétaire international (FMI), qui a exhorté la France à prendre garde à ne pas casser la reprise annoncée par une consolidation budgétaire trop brutale.

Dans les conclusions de sa revue annuelle de l'économie française, le FMI a estimé lundi que la France devrait ralentir en 2014 le rythme d'assainissement de ses finances publiques en concentrant ses efforts sur les seules dépenses et en renonçant aux hausses d'impôts.

"Le ministre rappelle à cet égard que le projet de loi de finances pour 2014, qui sera présenté en septembre, poursuivra l'effort de remise en ordre des finances publiques tout en soutenant la croissance. Il privilégiera les économies de dépenses par rapport aux hausses de prélèvements obligatoires", a déclaré Pierre Moscovici dans un communiqué.

Le projet de loi de finances, qui sera présenté en septembre devrait toutefois, contrairement aux préconisations du FMI, inclure des hausses d'impôts pour un montant de 6 milliards d'euros, sur un effort total de 20 milliards d'euros.

Dans l'entourage de François Hollande, on choisit, comme Pierre Moscovici, de ne retenir du message du FMI que les aspects positifs pour le gouvernement, et non l'invitation à renoncer aux hausses d'impôts déjà programmées.

"L'essentiel, c'est la maîtrise de la dépense", dit-on. "Si les recettes suivent parce que la croissance revient, cela veut dire qu'on aura des résultats sur les déficits tout à fait satisfaisants, si la croissance ne revient pas (...) nous n'allons pas remettre encore des ponctions supplémentaires."

Pierre Moscovici relève "une grande convergence de vues avec le FMI sur le diagnostic et l'analyse des risques qui pèsent sur l'activité en Europe et en France", poursuit ce document.

"Il est en plein accord sur la nécessité de donner désormais la priorité à la croissance, ce qui passe par un rythme d'ajustement de finances publiques raisonné et la mise en ?uvre de réformes ambitieuses en faveur de l'emploi et de la compétitivité."

Pierre Moscovici se félicite aussi de l'évolution du FMI et des institutions européennes, qui tournent selon lui le dos aux "politiques d'austérité généralisée".

Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rleonard le mercredi 7 aout 2013 à 09:44

    Un vrai mouton, toujours d'accord avec ce que dit le FMI mais il a un gros probleme de mémoire. Il oublie tout de suite et fait immédiatement le contraire. A quand les vrais economies sur le train de vie et les privilèges de tous nos elus ?

  • M4841131 le mardi 6 aout 2013 à 15:33

    40 ans d ump ps à ruiner la france, à faire une europe à laquelle nous avons voté "non", à faire envahir la france par l'afrique ( çà aussi, sans nous demander notre accord), vous avez multiplié les élus ( c'est bon de bouffer dans la gamelle), vous ne méritez que la corde ...... profitez, çà ne durera pas, et vos noms sont connus

  • abacchia le mardi 6 aout 2013 à 13:50

    Ben voyons... Mr MOSCOVICI ne se félicite que de ce qu'il veut bien retenir du rapport du FMI. Les +6Milliards EUR de prélèvements pour 2014 sont pourtant bien d'ores et déjà inscrits, puisque ce gouvernement refuse non seulement toute idée de baisse des dépenses, mais également toute tendance à ne pas dépenser encore plus !

  • cben le mardi 6 aout 2013 à 13:50

    Il n'y a pas convergence, le FMI souhaite que la France concentre ses efforts sur les seules dépenses alors que la gauche a encore prévu d'augmenter les impots de 6 milliards..

Partenaires Taux