Paris court vers sa finale

le
0
Paris court vers sa finale
Paris court vers sa finale

Sans trembler, Paris se qualifie pour la finale de la Coupe de France en étrillant Saint-Etienne 4-1. Logique à la vue de la rencontre et un titre qui se rapproche pour le PSG, qui affrontera Auxerre pour le trophée.


PSG - ASSE
(4-1)

Ibrahimovic (20'), E. Lavezzi (59'), Ibrahimovic (81'), Ibrahimovic (90') pour Paris S-G , R. Hamouma (24') pour Saint-Etienne.


Les pectoraux sont saillants. Les tatouages eux, se dévoilent, à mesure que les bras s'agitent. Torse-poil Ezequiel savoure. Crie même. Si souvent raillé pour son manque d'efficacité, l'Argentin exulte. Car quelques secondes plus tôt, c'est bien lui qui a sauté, très haut malgré ses courtes jambes, pour propulser le ballon dans le petit filet opposé de Ruffier. Alors, cette joie empreinte de rage se justifie. L'homme a beau rater les plus belles offrandes, sa persévérance force le respect. Face à Saint-Etienne, Ezequie a encore avalé les kilomètres, multiplé les courses. Encore une fois, il a manqué ses duels, énervé le Parc. Sauf qu'à la fin, c'est bien de sa tête portée par un cou de taureau que s'est faite la décision dans cette demi-finale de Coupe de France. A ceux qui réclament le départ du besogneux maladroit : ce soir, Paris s'est arrogé le droit d'aller disputer un nouveau titre. Et Ezequiel n'y est pas étranger.
Paris déroule
Avec le Barça en ligne de mire et en raison des blessures, Laurent Blanc n'a d'autres choix que remuer son onze titulaire. Digne et VdW sur les ailes, Rabiot à la place du marathonien Matuidi, Lavezzi suppléant Cavani : l'équipe parisienne, à défaut de transformation radicale, a tout de même belle gueule. Un signe pour les Verts, qui comprennent immédiatement que le PSG n'est pas venu pour galvauder ses chances d'obtenir le trophée, soit-il si mineur. D'ailleurs, les premières minutes témoignent de la difficulté verte à se sortir du talent parisien. Le contrôle des opérations obtenu, Lavezzi se présente deux fois face à Ruffier (3e, 13e). Deux duels gagnés par le portier plus tard, la réalité s'impose toujours aux hommes de Galtier : Paris écrase et tente de gagner rapidement sa demie. Seuls quelques tacles un peu secs viennent alors mettre en échec les offensives de la capitale. Pourtant, sur une ouverture en…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant