Paris contre l'accès à Schengen de la Roumanie et de la Bulgarie

le
16
PARIS CONTRE L'ACCÈS À SCHENGEN DE LA ROUMANIE ET DE LA BULGARIE
PARIS CONTRE L'ACCÈS À SCHENGEN DE LA ROUMANIE ET DE LA BULGARIE

PARIS (Reuters) - La France a réaffirmé lundi son hostilité à l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'espace Schengen dans les conditions actuelles de contrôle aux frontières extérieures de ces deux pays, a dit lundi Laurent Fabius.

En pleine polémique sur les difficultés d'intégration des Roms en France, le ministre français des Affaires étrangères a cependant pris soin de distinguer la situation de ces derniers et la question d'une adhésion à l'espace de libre circulation.

La décision d'une éventuelle entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans ce groupe de 26 pays (22 de l'Union européenne ainsi que la Suisse, le Liechtenstein, la Norvège et l'Islande) doit être tranchée à la fin de 2013, a-t-il précisé.

Pour Laurent Fabius, l'entrée de ces deux pays, pour lesquels les restrictions au travail tomberont le 1er janvier 2014, dans Schengen signifierait que des migrants provenant de pays extérieurs à l'Union européenne pourraient y pénétrer librement en passant par la Roumanie et la Bulgarie.

"Là, il y a un problème parce qu'il faut être sûr que la Bulgarie et la Roumanie auront les moyens de vérifier", a-t-il expliqué. "Pour le moment, il me semble que les conditions ne sont pas remplies."

Pour Laurent Fabius, une décision avant la fin de l'année sur l'adhésion des deux pays à l'espace Schengen paraît donc "très difficile" dans les conditions actuelles, un avis partagé par l'immense majorité des pays de l'espace Schengen.

"S'il n'y a pas un changement de conditions, nous n'y sommes pas favorables", a ajouté le chef de la diplomatie française.

Laurent Fabius s'est efforcé de rester à l'écart de la polémique déclenchée dans la majorité et le gouvernement par la politique de démantèlement de campements illégaux menée par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, et par ses récentes déclarations sur les difficultés d'intégration des Roms.

"La cohérence n'est pas interdite", a-t-il dit, tout en admettant que les campements illégaux de Roms posaient "d'énormes difficultés" - "Parce qu'il y a des difficultés sociales, parce qu'il y a des gamins qui volent, etc." a-t-il souligné.

Il a rappelé que l'Union européenne octroyait des fonds à la Roumanie pour l'intégration des Roms mais qu'ils n'étaient pas utilisés, tout en reconnaissant que ce reproche devait aussi être adressé à d'autres pays.

"Il y a des efforts à faire", a ajouté Laurent Fabius, selon qui Bucarest serait disposé à envoyer davantage de policiers en France et demande que les jeunes voleurs roms ne soient pas immédiatement relâchés.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le lundi 30 sept 2013 à 12:44

    Au lieu de reconduite à la frontière, que l'on fasse donc comme dans beaucoup d'autres pays... à la flotte sans bouées de sauvetage et vous verrez qu'ils ne reviendrons pas de sitot !

  • mlaure13 le lundi 30 sept 2013 à 11:25

    ...et à bon entendeurs, pour les bisounours et illuminés de tous bords !...:-)

  • mlaure13 le lundi 30 sept 2013 à 11:21

    Ce qui donne à penser que les coups de menton de Manuel Valls ne sont que de la tartufferie… Pour aller plus loin : Monographie n°27 Contribuables Associés – L’immigration en France, Dépenses, recettes, investissements, rentabilité – Jean-Paul Gourévitch – Novembre 2012

  • mlaure13 le lundi 30 sept 2013 à 11:21

    Reconduire les Roms à la frontière est un faux problème. Il permet de détourner l’attention du vrai problème qui se posera dans 3 mois : celui d’un système d’aides sociales trop généreux qui agit comme une pompe aspirante des populations pauvres de l’UE et l’espace Schengen. C’est une gabegie financière qui s’annonce et dont les socialistes ne veulent surtout pas parler !

  • mlaure13 le lundi 30 sept 2013 à 11:20

    Plus d’aide au retour à 50 euros, mais d’allocations familiales à 293,30 € pour 3 enfants, voire de RSA à 1035,09 € pour un couple avec deux enfants, sans parler des autres aides que le GVT distribue aux frais des contribuables…Alors quand Manuel Valls dit qu’il reconduit les Roms à la frontière, très bien. Mais, après le 1er janvier prochain, à quelle frontière va-t-il les reconduire puisqu’ils sont citoyens européens de plein droit ?

  • mlaure13 le lundi 30 sept 2013 à 11:19

    Ce sera encore plus vrai après le 1er janvier 2014. Concrètement, tous les Roms expulsés aujourd’hui pourront revenir dans 3 mois tout à fait légalement puisqu’ils seront nos concitoyens partageant librement les mêmes droits que nous et pouvant, comme nous, s’établir et travailler où ils le veulent, et auront le droit de percevoir toutes nos généreuses prestations familiales.

  • mlaure13 le lundi 30 sept 2013 à 11:18

    Ils bénéficieront de liberté de circulation et mêmes droits que les autres travailleurs de l’UE, et Bruxelles vient de rappeler au GVTfrançais que « le fait que la Bulgarie et la Roumanie ne soient pas membres de Schengen n’empêche nullement leurs citoyens de circuler dans l’UE au titre des libertés fondamentales, et que « la libre circulation comme la liberté de résider dans un autre pays sont des droits fondamentaux.«

  • mlaure13 le lundi 30 sept 2013 à 11:18

    « Il y a de l’élection dans l’air en France », a lancé d’un air ironique Viviane Reding, la vice-présidente de la CE, et qu’elle ne croit pas à la soudaine conversion sécuritaire du gouvernement PS français. Ce qui fait sourire la CE, c’est qu’au 1er janvier 2014, toutes les mesures de restrictions concernant les roumains et les bulgares disparaîtront : fini la carte de séjour, fini l’autorisation de travail !

  • TL70190 le lundi 30 sept 2013 à 11:11

    on comprend pourquoi certain tienne absolument a donner le droit de vote aux étrangers et laisser entrer les roms , c'est autant de voix pour se maintenir en place

  • frede331 le lundi 30 sept 2013 à 10:54

    Sarkozy le disait dans sa campagne et il s'est fait stygmatisé Le principe de realité et la peur d'une rou.ste aux elections leur font retrouver un certain bon sens . Le pragmatisme va il enfin prendre le pas sur le dogmatisme ?