Paris commence par une défaite

le
0
Paris commence par une défaite
Paris commence par une défaite

Graz (Autriche)

De notre envoyé spécial.

C'est une défaite certes mais il n'y aucune raison de s'en alarmer pour l'instant. Paris s'est incliné en Autriche face à un adversaire plus motivé et mieux préparé. Ce n'est qu'un premier match de préparation avec tous ses manques.

Sous un chaud soleil, le PSG a donc disputé son tout premier match de la saison. Sans ses internationaux encore en vacances, Laurent Blanc a aligné une équipe mixte avec très peu de titulaires en puissance. voici son onze de départ en 4-4-2 : Douchez - Van der Wiel, Alex, Conte, Maxwell - Kebano, Chantôme, Motta, Pastore - Coulibaly, Gameiro. Le brassard a été confié à l'Italo-Brésilien Thiago Motta, un des rares cadres de cette équipe.

Mais entre une équipe autrichienne évoluant à domicile devant plus de 11 000 personnes et un PSG qui s'était entraîné le matin, la différence physique s'est vite vue. Le jeune Antoine Conte, toujours dépassé, a perdu un ballon qui permet a Robert Beric d'ouvrir le score en deux temps (1-0, 26e). Dans la foulée, Thiago Motta était trop court pour contrer une frappe de Djuricin (2-0, 28e). Si on ajoute la transparence de Van der Wiel et la nervosité de Pastore, l'avantage autrichien était complètement logique à la pause.

Après le repos, Blanc a changé presque complètement d'équipe et n'a conservé sur la pelouse que Douchez, Pastore, Coulibaly et Gameiro. Ce dernier a trouvé le poteau sur une des rares tentatives du PSG (49e).

La suite ne fut qu'un long pensum sans rythme ni imagination. Après le troisième but de Vujadinovic (76e), le prometteur Hervin Ogenda a réduit le score d'une jolie frappe lobée (85e). Il y aura donc eu au moins une chose positive à trouver sur cette pelouse autrichienne...

Sturm Graz - PSG 3-1 (2-0)

11 686 spectateurs.

Buts. Graz : Beric (26e), Djuricin (28e), Vujadinovic (76e) ; PSG : Ogenda (85e).

PSG en première période. Douchez - Van der Wiel, Alex, Conte, Maxwell - Kebano, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant