Paris célèbre sa plus belle saison

le
0
Paris célèbre sa plus belle saison
Paris célèbre sa plus belle saison

Au triple galop, mais au petit trop ! Sans magie, le PSG s'est offert son triplé national, sa 9e Coupe de France, en battant Auxerre avec une modestie inversement proportionnelle au triomphe de sa saison française. Ici, Paris aura tout écrasé, s'adjugeant tout ce qu'il y a de disponible sur le marché, parfois sans discussion (la Coupe de la Ligue), parfois en traînant les pieds (hier), parfois avec un mini-suspense (le championnat). Mais l'hégémonie parisienne sur la scène hexagonale se poursuit et, dans le nouveau camp des Loges, il faudra prévoir à ce rythme-là une salle des trophées qui ressemble au 600 m ² de l'appartement de Zlatan près des Champs.

Les Champs, ils ne les descendront pas parce que la préfecture de Paris l'interdit et que la saison n'est pas terminée (place aux sélections désormais), mais les Parisiens l'auraient mérité après de si belles conquêtes.

Une finale bizarre

Finalement, ce score minimal rappelle à quel point tout n'est pas si facile, surtout la Coupe de France, sans doute l'épreuve la plus compliquée à remporter en France. Elle transcende les « petits » et les vaillants Auxerrois auront parfaitement été au rendez-vous, avec coeur et discipline. Ils auraient sans doute mérité de pousser l'affaire en prolongation, même s'ils ont compris au but de Cavani (64e) que le dénouement de cette 98e édition était connu.

Le PSG s'est contenté d'une finale bizarre. On n'a pas retrouvé le Paris des derniers matchs, puissant, sans limites, à fond dès le début et jusqu'à la fin. Malgré sa domination technique et sa possession, il y avait par exemple 3 corners partout à la 33e minute, signe d'un match pas si bien maîtrisé.

Présent dans les duels et l'agressivité, Auxerre a offert une résistance à laquelle les hommes de Laurent Blanc ne s'attendaient sans doute pas, mêlés à un peu de suffisance. Ils finiront la première période plus fort avec une frappe sèche de Thiago Motta ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant