Paris cartonne Troyes

le
0
Paris cartonne Troyes
Paris cartonne Troyes

Au petit trot, les Parisiens ont fait le travail pour disposer d'une équipe de Troyes vaillante mais trop limitée. Le PSG est d'ores et déjà champion d'automne, tandis que le Z est un peu plus entré dans l'histoire du club.

Paris Saint-Germain 4–1 ES Troyes Aube Champagne

Buts : Edinson Cavani (20'), Zlatan Ibrahimović sp (58'), Layvin Kurzawa (67') et Jean-Kevin Augustin (84') pour le PSG / Thomas Ayasse (90') pour l'ESTAC

" Il ne sert à rien de cacher que ce Paris SG est trop fort pour les autres clubs. Notre défi c'est donc de trouver des motivations même s'il n'y a pas en France de rivaux capables de nous bousculer beaucoup. " Cette déclaration d'Ezequiel Lavezzi a beau faire grincer des dents, elle n'en est pas moins vraie. Même au petit trop, Paris a les moyens de gagner et l'a encore une fois prouvé cette après midi. Face au dernier du championnat, certes, mais un dernier joueur, très joueur même. Il n'a suffi aux Parisiens qu'une minute pour s'assurer l'essentiel, alors même qu'ils n'étaient pas en contrôle de la rencontre. Une récupération de balle, une transversale, une reprise et un but. Facile. Alors oui, Paris sera pointé du doigt pour son engagement, mais qu'importe : le PSG est plus que jamais leader et est derechef toujours invaincu. De quoi donner encore un peu plus raison à Ezequiel Lavezzi.

Paris au petit trot, Troyes méritant


Quelques jours après sa victoire écrasante à Malmö en Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain accueille Troyes, bon dernier du championnat, pour 90 minutes d'une probable nouvelle démonstration de force. Après un long hommage rendu aux victimes des attentats de Paris du– novembre, le match démarre sur les chapeaux de roue. Comme prévu, ce sont les Parisiens qui se montrent immédiatement dangereux, et il faut deux belles parades de Bernardoni devant Cavani (3', 4') pour permettre aux Troyens de ne pas déjà céder. Après quelques minutes de flottement, les visiteurs se réveillent et jouent sans complexes. Lancé par Mavinga, Camus oblige Trapp à se détendre à son tour (10'). Juste avant que monsieur Varela n'oublie d'accorder un penalty aux Parisiens après que Van der Wiel a été victime d'une obstruction dans la surface adverse. Quoiqu'il en soit, les derniers du championnat ont le mérite de ne pas fermer le jeu.

Les bonnes ambitions troyennes n'empêchent pas les locaux de se montrer très dangereux devant le but de Bernardoni. Après un sauvetage sur sa ligne…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant