Paris carbure au pastis

le
0
Paris carbure au pastis
Paris carbure au pastis

Devant des Angevins accrocheurs mais impuissants, Paris a explosé le compteur et offert un beau spectacle à son public (5-1). Auteur d'un sublime doublé, Di María a été immense.

Paris Saint-Germain 5-1 SCO Angers

Buts : Ibrahimović (32e), Lucas (40e), Van der Wiel (54e) et Di María (63e et 66e) pour Paris ; Capelle (59e) pour Angers

Les matchs passent et se ressemblent. Inlassablement. Les mêmes gens frappent dans les mêmes mains pour applaudir les mêmes joueurs. Continuellement. Les mêmes supporters crient leur même plaisir dans le même virage. Qu'ils s'appellent Lyon, Toulouse, Angers, qu'ils s'imaginent lions, qu'ils soient violets ou qu'ils aient la dalle, tous ont goûté à l'atmosphère du Parc et sont repartis avec une défaite dans la tronche, avec ce sale sentiment d'impuissance. En cette fin d'après-midi à Paris, le SCO a donc pris le tarif.

Un seul changement à noter dans ce stade : le retour du son de Phil Collins à l'entrée des joueurs. Sinon, la rencontre a débouché sur le même résultat qu'on peut observer depuis des mois dans le 16e arrondissement de la capitale. Les hommes de Blanc, sans trop forcer (!), ont dégommé Angers, le 4e de Ligue 1, qui n'a pourtant pas démérité. Le score ? 5-1. Le joueur ? Di María. Le geste ? La volée de l'Argentin. Le PSG est (bien entendu) plus que jamais leader, Angers toujours au pied du podium en attendant les autres rencontres.

Angers a la dalle ? Paris a les crocs


Pour ce duel de haut de tableau, pas de Silva, pas de Marquinhos, pas de Pastore ni de Verratti. Et pas de Cavani non plus dans le onze de départ. L'Uruguayen, désormais clairement remplaçant, semble payer la réunion exigée par Ibra il y a quelques semaines. Du coup, c'est Lucas qui est positionné sur l'aile gauche. Rabiot est là aussi et Aurier dépanne en charnière centrale. Les 700 Angevins qui se sont déplacés au Parc ne voient quant à eux aucune surprise dans la formation alignée par Stéphane Moulin. Dès le départ, les Parisiens se cognent au bloc angevin maintenant bien connu des amateurs de Ligue 1. Le PSG garde le cuir, oui, mais n'en fait pas grand-chose. Aussi froid que son équipe, Auteuil se réchauffe un peu en portant la voix pour répondre à Boulogne. Lucas touche beaucoup de ballons et tente d'accélérer le jeu mais l'adversaire, compact, joue…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant