Paris: cale vers 5.350, E-Stoxx50 stable, W-Street au zénith

le
0

(CercleFinance.com) - Paris termine la semaine sur un repli de -0,2% malgré une nouvelle pluie de records à Wall Street, notamment le Nasdaq (+0,4%) qui culmine à 6.615, le Dow Jones (+0,2%) se hissant à mi-séance vers 22.890, le S&P500 (+0,2%) dépasse 2.557.

Mais cela ne booste pas la Bourse de Paris (-0,17% à 5.351) contrairement au DAX qui s'en est allé inscrire un nouveau record absolu à 13.036Pts (et 12.991 en clôture)... mais cela ne suffit pas à maintenir l'E-Stoxx50 en territoire positif ce vendredi (-0,03%). En revanche, les score hebdo ressort à +0,03%, c'est la 5ème semaine de hausse consécutive.

Les opérateurs ne sont pas parvenus à faire clôturer le CAC40 dans le vert, même symboliquement, afin d'inscrire également une 5ème semaine de hausse d'affilée.

Les vendeurs semblent pourtant aux abonnés absents et le CAC 40 n'a effectué hier qu'une brève incursion en dehors du corridor des 5350/5380 points, 90% des échanges s'étant déroulés cette semaine entre 5.355 et 5.375.

Les chiffres US du jour sont restés sans effet décelable sur le CAC40 malgré l'augmentation des ventes au détail aux Etats-Unis en septembre après leur contraction du mois d'août mais si elles affichent +1,6% en rythme annuel selon le Département du Commerce, hors automobile (forte hausse des ventes suite à la destruction de milliers de véhicules par les cyclones), elles n'ont crû de que de +1%, contre +0,3% en août.

L'indice des prix à la consommation affiche une progression de 0,5% (contre 0,6% anticipé), en septembre mais pour des causes ponctuelles liées à la hausse des carburants consécutive aux cyclones de fin août à mi-septembre: hors pétrole/énergie, l'inflation 'core' se contracte à +0,1% contre +0,2% en août et elle ressort inchangée à +1,7% en rythme annuel.

La détente des marchés obligataires apporte la preuve que l'inflation ne constitue pas une menace crédible aujourd'hui Outre-Atlantique.

Les investisseurs sont également très attentifs aux résultats trimestriels dévoilés ce vendredi, et la surprise est assez mauvaise chez Wells Fargo: son bénéfice chute de -18,6% au troisième trimestre (à 0,84$/action contre 1,03$), pénalisé par une provision de 1Mds$ pour frais juridiques (mais cela sera t'il suffisant ?) et une baisse des revenus liée au crédit immobilier.

Du coté des valeurs, Faurecia a annoncé des ventes de 3,790 milliards d'euros au troisième trimestre 2017, en croissance de 7,3 % en données publiées (3,531 milliards d'euros au troisième trimestre 2016). Le titre chute malgré tout de -1,5% car un broker réduit sa recommandation d'achat à vendre.

Total annonce son entrée dans le secteur de la distribution de produits pétroliers au Mexique. Le groupe a signé un accord avec le groupement mexicain Gasored pour passer à la marque Total un réseau d'environ 250 stations-service à Mexico et dans sa région.

Edenred a réalisé un chiffre d'affaires total de 960 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'année, en croissance de 19,5% (7,6% en données comparables).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant