Paris, Berlin et Rome promettent une réponse commune au "Brexit"

le
0
    BERLIN, 27 juin (Reuters) - La France, l'Allemagne et 
l'Italie ont promis lundi d'apporter une réponse commune à la 
crise politique créée par le référendum britannique sur la 
sortie de l'UE et de faire ensemble des propositions afin de 
relancer la construction européenne. 
    François Hollande, Angela Merkel et Matteo Renzi se sont 
rencontrés à Berlin à la veille du Conseil européen de Bruxelles 
pour débattre de la stratégie à adopter après une décision 
britannique qu'ils entendent respecter. 
    "Il n'y a pas de temps à perdre", peut-on lire dans une 
déclaration commune des trois dirigeants. 
    Ils ont précisé qu'il n'y aurait pas de négociation avec le 
Royaume-Uni tant qu'il ne déclenchera pas l'article 50 du traité 
de Lisbonne qui formalisera sa volonté de quitter l'UE. 
    "La responsabilité, c'est de ne pas perdre de temps, ne pas 
perdre de temps pour traiter convenablement la question du 
départ du Royaume-Uni, ne pas perdre de temps non plus pour 
traiter la question de la nouvelle impulsion que nous devons 
donner à l'Union européenne à 27", a déclaré François Hollande 
lors d'une conférence de presse conjointe. 
    "Nous devons réduire le temps de l'incertitude." 
    Les trois pays sont convenus de la nécessité de relancer 
l'UE dans le domaines de la sécurité, de la croissance ainsi que 
de l'harmonisation fiscale et sociale. 
    "Nous proposerons demain aux chefs d'État et de gouvernement 
et aux institutions européennes de lancer un processus, selon un 
calendrier strict et un ensemble précis d'engagements, afin de 
répondre aux défis présentés par le résultat du référendum 
britannique et de développer des solutions concrètes pour un bon 
avenir aux Européens au sein de l'Union européenne", peut-on 
lire dans leur déclaration.   
    "Une rencontre spéciale des dirigeants en septembre sera 
consacrée aux défis communs auxquels les 27 États membres sont 
confrontés et aux priorités essentielles sur lesquelles ils 
devront décider. Ils devraient aussi se mettre d'accord sur des 
projets concrets à réaliser en Europe dans les six prochains 
mois pour la croissance et la sécurité." 
 
 (Elizabeth Pineau, avec Chine Labbé, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant