Paris: basculement dans le rouge avec les données US.

le
0

(CercleFinance.com) - Après une ouverture en hausse, la Bourse de Paris a basculé en territoire négatif en début d'après-midi. La stagnation du pétrole et des indicateurs américains plutôt bons pèsent sur la tendance, dans un contexte général de volatilité assez importante depuis quelques semaines.

Nouvelle séquence en portes de saloon sur les places européennes, qui avaient réalisé une belle entame de séance avant de reperdre brusquement la moitié de leurs gains en milieu de matinée puis de retourner dans le rouge. Cette trajectoire est aussi celle du CAC 40, qui cède environ 0,7% et repasse sous les 4.300 points à 4.282 points.

'Malgré le rebond aux Etats-Unis, les marchés semblent toujours sans tendance', relevait ce matin un analyste basé à Paris.

Pour bon nombre d'observateurs, le marché parisien ne semble aller nulle part, avec des oscillations entre 4.270 et 4.350 points dans des volumes qui restent faibles.

Sur le front des indicateurs, Eurostat a fait état en fin de matinée d'un excédent commercial de l'eurozone de 28,6 milliards d'euros en mars, contre +19,9 milliards un an auparavant.

Outre-Atlantique, l'indice des prix à la consommation (CPI) des Etats-Unis a augmenté de 0,4% le mois dernier, après une hausse de 0,1% en mars et alors les économistes tablaient en moyenne sur une progression un peu moins marquée, de 0,3%. De quoi égratigner le consensus sur un maintien des taux directeurs de la Fed le mois prochain...

Les mises en chantier ont, elles, rebondi de 6,6% en avril à 1.172.000, après 1.099.000 le mois précédent (chiffre révisé de 1.089.000), bien au-dessus de la prévision moyenne des économistes de 1.133.000. Les permis de construire n'ont en revanche crû 'que' de 3,6% à 1.116.000, après 1.077.000 (chiffre révisé de 1.086.000) et contre 1.130.000 anticipés par le consensus.

Enfin, la production industrielle a enregistré une hausse de 0,7% ce même mois, 0,4 point de mieux que ce qu'attendait le marché. La Réserve fédérale américaine, qui publie cette statistique, explique cette progression par le rebond de la production d'électricité et de gaz après un mois de mars anormalement doux.

Alors que l'euro prend 0,2% face au dollar à 1,1341, le baril de brut léger américain (WTI) est stable à 47,8 dollars.

Concernant les valeurs, on signalera la mauvaise séance de Peugeot, qui lâche 4,1% et accuse la plus forte baisse du SBF 120 sur fond de spéculations évoquant une réduction de la participation de l'Etat.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant