Paris avance les mains dans les poches

le
0

Cavani qui met son centième, Thiago Silva qui fait le patron et Ben Arfa qui réussit ses dribbles. Paris n'a pas surclassé Angers, mais a décroché une victoire tranquille qui le replace en dauphin de l'OGC Nice. Avec quelques voyants de plus au vert.

Paris Saint-Germain 2-0 Angers

Buts : Thiago Silva (34e), Cavani (66e sp) pour le PSG

L'histoire d'amour entre le PSG et le Brésil est telle que les tribunes du Parc ne pouvaient que respecter avec application la minute de silence en hommage à l'équipe meurtrie de Chapecoense. Et afficher de nombreux drapeaux brésiliens dans leurs rangs, pour souligner que le plus important ce soir, c'était la solidarité plus que la compétition. Il n'y en avait pas moins un match de Ligue 1 à gagner, et Paris a su le faire comme souvent cette saison : sans impressionner ni donner l'impression d'étouffer son adversaire. Mais avec patience et efficacité, en mettant au fond deux de ses rares occasions nettes par Thiago Silva et Edinson Cavani. Pas flamboyant mais efficace, avec quelques indicateurs au vert comme le 100e but de Cavani pour le club ou le retour en forme d'Hatem Ben Arfa, très percutant derrière Cavani dans le 4-2-3-1 d'Unai Emery.

Ben Arfa n'est pas mort


Thiago Silva s'élance, saute plus haut que tout le monde - facile quand le marquage a lâché - et décroise sa tête. Les tribunes du Parc exultent, le PSG vient d'ouvrir le score face à Angers. Mais il a fallu attendre trente-quatre minutes dans une première période où Stéphane Moulin a plutôt réussi son coup. Bien en place, solidaire, le bloc angevin n'avait jusque-là pas été mis en danger, si ce n'est par quelques accélérations bien senties d'un Ben Arfa en jambes dans un rôle d'électron libre offensif. Une frappe d'Edinson Cavani qui était hors-jeu (5e), un tir de peu à côté de Lucas après une belle combinaison entre Thiago Motta et Ben Arfa (14e), et c'est tout. Pour le reste, ce sont les visiteurs qui ont eu les meilleures situations en contres, entre une tête de Cheikh N'Doye sauvée sur sa ligne par Thiago Silva (26e) ou une lourde frappe de Karl Toko Ekambi sortie avec classe par Alphonse Areola (41e). C'est donc bien payé que le PSG est rentré aux vestiaires, devant

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant