Paris au petit trot

le
0
Paris au petit trot
Paris au petit trot

Un but par mi-temps, un poil de gestion, de la maladresse et un Ángel Di María de gala auront suffi à mettre le PSG sur orbite pour cette première en Ligue des champions face à Malmö (2-0).

PSG 2 - 0 Malmö

Buts : Ángel Di María (4e) et Cavani (61e) pour le PSG

La Ligue des champions était de retour au Parc des Princes. Cette compétition qui obnubile dirigeants et joueurs du PSG depuis plus de trois ans, elle qui amène le PSG à dépenser des millions pour se construire une équipe capable d'aller loin. Pour le grand retour de la meilleure musique du monde après le jingle du multiplex Canal, le PSG s'est imposer sans trop forcer (2-0) pour sa rentrée en C1. 
Avant le match, on se posait plein de questions. Kevin Trapp avait-il terminé sa mini déprime après s'être enfilé l'intégrale de la série Dawson sur le week-end ? Zlatan Ibrahimović était-il prêt pour ses grandes retrouvailles avec son club formateur ? Quel accueil des stylistes de la capitale pour le nouveau maillot ? Combien de kilomètres pour Blaise Matuidi ? Peu de réponses concrètes mais une certitude : Ángel Di María va faire un bien fou à cette équipe. Sur un une-deux soyeux avec Marco Verratti, l'ancien joueur du Real Madrid s'enfile une course puis une lucarne sur une frappe enroulée du pied gauche. On joue depuis moins de cinq minutes et la défense à trois centraux de Malmö a déjà cédé. Une accélération parisienne et on remballe. Des deux côtés puisque Paris va ensuite faire de la gestion. Un peu trop même avec des approximations au milieu, des imprécisions, une défense très basse alors que Trapp était censé jouer haut, des hors-jeux à tire larigot et un jeu au milieu qui manque de créativité. Cela dit, le PSG a bien bossé certains aspects de son jeu depuis Bordeaux. Ángel Di María et son spécifique " ouverture-caviar " ont fait un mal fou et Van der Wiel a très souvent bien pris son couloir. Oui, Gregory van der Wiel.

Ibrahimović a – presque - raté son Zlatanico


Et Ibra dans tout ça ? Le Suédois, que l'on disait archi motivé à l'idée de retrouver les siens, n'a pas réussi un grand son match. En première période, il a eu trois occasions franches de planter son 107e but sous le maillot parisien. Trois ratés. Comme d'habitude avec le numéro 10 quand il se met une pression monstre sur un match européen, il passe à côté. Que ce soit lui ou Di María, le PSG aurait pu tuer le match très tôt mais en ce mois de septembre, Paris aime se faire peur. Et comme le pressing haut des Suédois a souvent fait déjouer la machine francilienne, ça donne un match…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant