Paris accuse le Hezbollah d'avoir rompu un accord

le
0
PARIS ACCUSE LE HEZBOLLAH D'AVOIR ROMPU UN ACCORD
PARIS ACCUSE LE HEZBOLLAH D'AVOIR ROMPU UN ACCORD

PARIS (Reuters) - La France a indiqué jeudi qu'elle espérait que la branche armée du Hezbollah soit inscrite sur la liste des groupes terroristes de l'Union européenne d'ici la fin du mois de juin, le mouvement chiite libanais ayant rompu selon elle un accord en intervenant dans le conflit syrien.

La France était jusqu'à présent réticente à l'idée de prendre des sanctions contre le Hezbollah de crainte de voir cette décision déstabiliser le Liban et mettre en danger les membres de la Finul, la force intérimaire de l'Onu au Liban.

Mais l'aide croissante du mouvement chiite au président syrien Bachar al Assad a incité Paris à revoir sa position. En déplacement à Amman, Laurent Fabius a annoncé mercredi soir l'intention de la France de proposer d'inscrire la branche armée sur la liste des organisations terroristes de l'UE.

"Nous appelons toutes les parties libanaises à respecter les engagements souscrits dans la déclaration de Baabda du 15 juin 2012, qui visent à dissocier le Liban de la guerre en Syrie", a déclaré jeudi le porte-parole du quai d'Orsay Philippe Lalliot lors d'un point presse.

"En décidant d'intervenir massivement en Syrie, le Hezbollah rompt ce consensus. La guerre de Syrie n'est pas la guerre des Libanais. L'importer au Liban est dangereux pour sa stabilité, comme le montre la montée des tensions dans le pays", a-t-il ajouté.

La branche armée du Hezbollah pourrait être inscrite sur la liste de l'UE d'ici la fin du mois de juin si un consensus se forme sur cette proposition à Bruxelles, selon le quai d'Orsay.

Le Royaume-Uni avait annoncé mardi avoir demandé à l'UE d'inscrire la branche militaire du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes face à l'implication croissante du mouvement chiite dans les combats en Syrie aux côtés de l'armée régulière.

Une trentaine de combattants du Hezbollah libanais et 20 militaires ou miliciens syriens fidèles au régime syrien ont péri dimanche dans l'assaut de Koussaïr, près de la frontière avec le Liban, a-t-on appris lundi auprès d'opposants.

John Irish, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant