Paris accorde un visa à un ministre russe banni par l'UE

le , mis à jour à 16:24
4
 (Actualisé avec OIE) 
    PARIS, 24 mai (Reuters) - Le ministre russe de l'Agriculture 
a pu rencontrer lundi son homologue Stéphane le Foll à Paris 
alors même que son nom figure sur une liste noire de l'Union 
européenne, un événement justifié par le fait qu'il a été invité 
par une organisation internationale ayant son siège sur le 
territoire français. 
    Alexander Tkatchev est venu avec une délégation russe en 
visite à Paris pour participer à une assemblée de l'Organisation 
mondiale de la santé animale (OIE). 
    A cette occasion, il a également pu rencontrer dimanche le 
commissaire européen à la Santé, le lituanien Vytenis 
Andriukaitis, d'après un communiqué du ministère français de 
l'Agriculture publié mardi. 
    En janvier, l'Allemagne avait refusé un visa au même 
Alexander Tkatchev. 
    Son nom a été ajouté à la liste noire de l'UE en 2014, 
lorsqu'il dirigeait la région russe de Krasnodar, en pleine 
crise ukrainienne liée à l'annexion de la Crimée par la Russie. 
    Alexander Tkatchev avait alors reçu une récompense "pour la 
libération de la Crimée" remise par le dirigeant actuel de cette 
région en guise de remerciement pour l'aide qu'il aurait 
apportée. 
    En France, certaines personnalités politiques réclament une 
levée des sanctions européennes imposées à la Russie et les 
députés ont adopté le mois dernier, contre l'avis du 
gouvernement, une résolution non contraignante allant en ce 
sens.  
    Dans son communiqué, Stéphane Le Foll souligne qu'il a pu 
avec son homologue "aborder les questions relatives à l'embargo 
sanitaire russe sur la production porcine européenne", dont la 
France espère la levée rapide pour soulager ses producteurs. 
    Le porte-parole du ministère français des Affaires 
étrangères a souligné que le ministre russe avait "été invité 
par une organisation internationale ayant son siège en France". 
    "L'accès au territoire français de M. Alexandre Tkatchev 
s'inscrit dans le cadre des obligations internationales et 
européennes de la France, en tant que pays hôte de l'OIE", 
a-t-il ajouté. 
    "Le niveau politique, nous ne nous en mêlons pas", a déclaré 
Monique Eloit, directrice générale de l'OIE, soulignant qu'il y 
avait un accord de siège entre l'OIE et la France afin que tous 
les pays puissent assister aux événements qu'elle organise. "Si 
la France veut lui accorder un visa c'est son problème." 
  
 
 (Simon Carraud, avec Polina Devitt à Moscou, John Irish et 
Sybille de La Hamaide, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jjd47 il y a 7 mois

    La liberté des peuples: de la roupie de sansonnet par rapport au dieu pognon!! Mémoire courte.

  • M7097610 il y a 7 mois

    ...et les autres vu que mon premier message a été censuré.

  • dotcom1 il y a 7 mois

    Article surveillé par les trolls du Kremlin

  • M7097610 il y a 7 mois

    nos amis russes sont les bienvenus. Cela nous change des coupeurs de tête saoudiens