Paris: a testé 4575 mais pas d'acheteurs malgré de bons PMI

le
0

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a longuement flirté avec ses sommets estivaux mais se contente d'un gain de +0,36% à 4.553Pts, dans des volumes toujours aussi anémiques (1,95MdsE à 17H29, 2,66MdsE à 17H35).

Les acheteurs semblent toujours aussi absents: le CAC40 a été maintenu par une camisole algorithmique entre 4.570 et 4.580 durant près de 7 heures (+0,8% en moyenne), avant d'effacer plus de la moitié de ses gains (il a inscrit un 'plus bas du jour' à 4.551Pts peu avant la clôture) alors que les vrais acheteurs demeurent désespérément introuvables.

L'Euro-Stoxx50 a également réduit de moitié ses gains, à +0,53% et 3.094 alors qu'il testait les 3.110 vers 16H.

C'est assez curieux comme scénario, Wall Street affichant de belles dispositions même si le Dow Jones (+0,3% à mi-séance) a ensuite perdu le contact avec 'plus hauts' du jour (+0,6% initialement).

Le Nasdaq (+0,8%) ne lâche rien et reste au contact des 5.300Pts.

Ce mois d'octobre 2016 continue donc de déjouer tous les mauvais tours qu'il inflige assez souvent aux investisseurs (volatilité, déception sur la conjoncture, décisions contestées de banques centrales): tous les facteurs négatifs glissent comme l'eau sur les ailes d'un canard et ce qui se passe conformément aux attentes est accueilli comme une bonne surprise.

Il en est ainsi des indices PMI manufacturiers jugées encourageants après un été médiocre, et puis, il y a l'aiguillon des fusions géantes annoncée outre-Atlantique (BAT/Reynolds Tobacco pour 47Mds$, At&T/Time Warner pour 85Mds$, Qualcomm/NXP pour 37Mds$, BE Aerospace/Rockwell pour 6Mds$... au total un record de 175Mds$ en 2 jours ouvrés).

Côté chiffres, le PMI manufacturier français s'est redressé à 51,3 contre 49,7 en septembre, les services ressortent par contre en repli à 52,1 contre 53,3, le PMI allemand s'envole de +3Pts vers 55,1, le PMI de l'Eurozone progresse globalement de +1,1Pts à 53,7, son meilleur niveau depuis décembre 2015.

'Les signes de raffermissement de la croissance ainsi que l'intensification des tensions inflationnistes devraient rassurer les décideurs', estime Chris Williamson, chief business economist à IHS Markit.

Sur le marché des changes, l'euro reste faible et rétrograde de -0,1% face au dollar (vers 1,0880) tandis que le baril de brut léger américain subit une correction plus marquée de -1,5% vers 50,25$ sur le NYMEX.

Repli paradoxal du pétrole puisque l'indice PMI Markit des Etats-Unis accélère au mois d'octobre, à 53,2 en estimation 'flash' ce mois-ci, contre 51,5 en septembre (c'est mieux que prévu).

Les 'stats' sont une chose mais l'actualité de la semaine sera dominée par les 'trimestriels': pas moins de 40% des entreprises du S&P500 vont publier leurs résultats d'ici vendredi (dont les '3 A'... et 80% devraient battre le consensus, c'est prévu comme ça), 18 sur 40 au sein du CAC40... sans oublier Deutsche Bank jeudi.

Les banques restent large leaders au sein du CAC40 ce lundi avec Crédit Agricole et Sté Générale à +3,3% et +3%, puis BNP-Paribas à +2,1%... sans oublier AXA à +1,3%.

La plus forte hausse de l'indice SBF 120 est également une financière: l'assureur Amundi grimpe de +4%, Natxis de +3,4%.

Zodiac s'adjuge 1%, porté par le rachat de son concurrent B/E Aerospace par Rockwell pour 6,4 milliards de dollars, une opération qui relance les spéculations autour du dossier.

Sartorius Stedim Biotech cède près de -4,8% en dépit d'un troisième trimestre de qualité, l'action subissant des prises de bénéfice.

Technip finit lanterne rouge du CAC40 avec -2,8%, devant Essilor +1,2%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant