Paris a terminé le travail

le
0

Bien plus réaliste qu'au match aller, le PSG a composté son billet pour les quarts de finale de la Ligue des Champions mercredi en dominant Chelsea sur le même score qu'au Parc (1-2). Les Parisiens sont dans le Top 8 européen pour la quatrième saison consécutive.

Le debrief

Le PSG n’est pas encore le géant européen qu’il aspire à devenir, mais il est définitivement un club qui compte sur le Vieux Continent. Pour la quatrième saison consécutive, il disputera début avril les quarts de finale de la Ligue des Champions. Et pour la deuxième année de suite, il a composté son billet pour le Top 8 aux dépens de Chelsea. Les Parisiens ont clairement souffert sur la pelouse de Stamford Bridge pour venir à bout de Blues qui n’ont pas affiché leur visage moribond de la deuxième partie de saison. Mais les hommes de Laurent Blanc ont démontré qu’ils étaient capables de vaincre dans un autre registre, en pliant sans rompre et en piquant aux moments opportuns. Ce dont ils pourront se souvenir pour la suite de leur épopée européenne.

Les Parisiens devront néanmoins faire bien plus au tour suivant pour ne pas s’arrêter comme d’habitude au stade des quarts. Parce qu’autant ils avaient séduit lors de la première manche, autant ils ont affiché des limites à Londres qui pourraient être rédhibitoires pour leurs grandes ambitions. Ils ont pleinement maîtrisé leur sujet une vingtaine de minutes durant, concrétisant son temps fort par Adrien Rabiot, la surprise du onze de départ préférée à Javier Pastore au coup d’envoi. Mais les coéquipiers de Thiago Silva ont ensuite vécu une grosse demi-heure très difficile. La faute au pressing de Chelsea, qui a permis aux Blues de récupérer des ballons haut et de se projeter rapidement en contre, la seule arme d’une équipe sans imagination sur le jeu placé. La faute aussi à un déchet technique bien trop important dans la construction, avec un milieu parisien loin d’être souverain, comme sur le but de Diego Costa, venu d’une de ses récupérations hautes des Londoniens.

La force des Parisiens dans cette période de domination de Chelsea aura été de ne pas concéder pléthore d’occasions. Et quand ce fut le cas, Kevin Trapp a fait ce qu’il était attendu de lui, à savoir être primordial dans les grands rendez-vous. Un autre fait de jeu a fait basculer la rencontre : la sortie sur blessure du poison Diego Costa à l’heure de jeu. Elle a privé les Blues de leur point d’appui devant et a offert au PSG l’opportunité de jouer plus haut. C’est comme ça que Paris s’est définitivement mis à l’abri grâce à un but de Zlatan Ibrahimovic, passeur décisif sur l’ouverture. L’attaquant suédois et ses coéquipiers pouvaient souffler, ils ont rempli leur mission. Il leur reste maintenant un mois pour aborder les quarts. Avec l’espoir de trouver enfin la clé pour renouer avec un dernier carré de C1 que Paris attend depuis 1995.

Le film du match

3eme minute
Sur une relance mal assurée de Rabiot, Obi Mikel passe devant Matuidi. Willian hérite du ballon sur la gauche et centre pour Diego Costa, qui efface David Luiz avant de frapper du gauche. Diego Costa se détend bien sur sa gauche pour repousser le tir.

6eme minute
Festival de Lucas, qui se joue de trois défenseurs de Chelsea pour adresser un superbe ballon en profondeur à Di Maria. L’Argentin croise son tir du droit en première intention et bat Courtois, mais pas Ivanovic, revenu en catastrophe devant sa ligne pour écarter le danger.

16eme minute (0-1)
Esseulé plein axe à 25 mètres du but, Di Maria a tout le temps de décaler Ibrahimovic sur la droite. Le Suédois est lui aussi libre de tout marquage et ajuste son centre à ras de terre au second poteau, où Rabio devance Azpilicueta pour pousser le ballon au fond des filets.

27eme minute (1-1)
Thiago Motta perd le ballon au milieu de terrain sous la pression de Pedro. L’ailier espagnol combine dans la foulée avec Willian, qui trouve Diego Costa en plein cœur de la surface parisienne. L’avant-centre de Chelsea se joue de Thiago Silva et glisse la frappe sur la droite de Trapp.

45eme minute+1
Servi à une trentaine de mètres, Diego Costa repique dans l’axe, efface Thiago Motta au passage et envoie une frappe croisée du droit à l’entrée de la surface. Trapp se couche sur sa droite, mais relâche le ballon. Marquinhos devance Pedro de justesse pour le dégager en corner.

62eme minute
Rabiot gicle devant Obi Mikel pour lui chiper le ballon et transpercer le milieu de Chelsea. Son service pied gauche est parfait pour Ibrahimovic. Mais le Suédois s’excentre trop sur sa conduite de balle et son tir en bout de course est dévié par un Courtois bien présent au premier poteau.

65eme minute
A l’arrêt à l’entrée de la surface parisienne, Willian rentre sur son pied droit et adresse une frappe puissante que Trapp repousse au sol. Le ballon revient sur Hazard, qui reprend du gauche et oblige le gardien allemand à un réflexe de la main gauche. Au tour ensuite de Marquinhos de se jeter dans les pieds de Willian pour repousser définitivement le danger.

67eme minute (1-2)
Suite à un excellent pressing parisien, Thiago Motta lance Di Maria en une touche. L'Argentin déborde sur la gauche, s'enfonce dans la surface londonienne et adresse un centre au cordeau parfait vers Ibrahimovic. Le Suédois conclut en force à bout portant du pied droit.

Les joueurs à la loupe

Chelsea
DIEGO COSTA avait un compte à régler avec le PSG. Critiqué pour son comportement à la limite la saison dernière et taxé d’« imposteur » par le compte Twitter du club parisien la veille, l’attaquant espagnol a répondu sur le terrain. S’il a encore démontré que l’art de la provocation faisait partie de sa panoplie, il a prouvé qu’il avait bien d’autres cordes à son arc. Il a réalisé un énorme travail au pressing, encore pesé sur la défense parisienne par son jeu de corps et de remises. L’ancien de l’Atlético Madrid s’est aussi illustré par sa technique, comme sur son but et son occasion en début de match. Sa sortie à l’heure de jeu a coïncidé avec la fin des espoirs des Blues, certainement pas un hasard. Même si WILLIAN, passeur décisif sur la réalisation londonienne et inspiré balle au pied, a continué de planter des banderilles dans la défense parisienne. Même si HAZARD a confirmé sa prestation intéressante du match aller en se mettant à nouveau à la hauteur de l’événement. Seul PEDRO, apparu sans idées et sans jus, est réellement passé à côté de son match au sein du secteur offensif de Chelsea.

Autre produit de la formation barcelonaise, FABREGAS a lui aussi vécu une soirée compliquée, avec un déchet trop important dans la construction et du retard dans les duels. Heureusement qu’OBI MIKEL a brillé à ses côtés par son impact physique et sa faculté à défendre en avançant, justifiant ainsi la confiance sans faille de Guus Hiddink. Titulaire surprise au coup d’envoi, KENEDY a semblé perdu en phase défensive et n’a jamais su comment se placer, même si ses qualités de contre-attaquant lui ont permis de montrer une autre facette de son jeu. Devancé par Rabiot sur l’ouverture du score parisienne, AZPILICUETA a rendu une nouvelle copie moyenne. La charnière IVANOVIC - CAHILL n’a pas dégagé une immense sérénité, ni trouvé la solution pour gérer le cas Ibrahimovic. Sans être coupable sur les buts encaissés, COURTOIS n’a pas été décisif comme il l’avait été au match aller. La différence s’est aussi faite là.

PSG

Monsieur l’arbitre au rapport

Un excellent match pour Felix Brych, toujours au plus près des actions et jamais fautif sur ses décisions. L’arbitre allemand a bien été aidé en cela par ses assistants, eux aussi excellents.

Ça s’est passé en coulisses…

- Inclus dans le groupe parisien pour le déplacement à Londres, Marco Verratti a finalement déclaré forfait. Le milieu italien n’était même pas sur la feuille de match, son inflammation au pubis qui le gêne depuis de nombreuses semaines l’ayant empêché de participer au dernier entraînement du PSG avant la rencontre mardi à Stamford Bridge. Adrien Rabiot l’a suppléé poste pour poste au milieu de terrain et Javier Pastore a débuté sur le banc.

- Comme le PSG, Guus Hiddink avait réalisé un changement dans son départ, mais le manager néerlandais l’avait fait par choix, au contraire de Laurent Blanc. Il avait préféré aligner Kenedy sur le côté gauche de la défense au coup d’envoi, en lieu et place d’Abdul Baba Rahman, pourtant séduisant au match aller.

- 1 400 supporters du PSG avaient fait le déplacement à Stamford Bridge pour soutenir leur équipe. Comme lors des deux dernières saisons, ils ont été bruyants avant et pendant le match, se faisant régulièrement entendre face aux fans des Blues.

La feuille de match

C1 (8emes retour) / CHELSEA – PSG : 1-2

Stamford Bridge (42 000 spectateurs environ)
Temps froid - Pelouse excellente
Arbitre : M.Brych (Allemagne, 6)

Buts : Diego Costa (27eme) pour Chelsea - Rabiot (16eme) et Ibrahimovic (67eme) pour le PSG

Avertissements : Fabregas (45eme), Obi Mikel (53eme) et Ivanovic (90eme) pour Chelsea - Rabiot (35eme), Thiago Motta (41eme) et Matuidi (86eme) pour le PSG

Expulsion : Aucune

Chelsea
Courtois (5) – Azpilicueta (4), Cahill (5), Ivanovic (cap) (5), Kenedy (3) – Obi Mikel (6), Fabregas (5) - Pedro (4), Willian (7), Hazard (6) puis Oscar (77eme) – Diego Costa (7) puis B.Traoré (60eme)

N'ont pas participé : Begovic (cap), Baba Rahman, Matic, Loftus-Cheek, L.Rémy
Entraîneur : G.Hiddink

PSG
Trapp (7) – Marquinhos (5), Thiago Silva (cap) (5), David Luiz (5), Maxwell (6) – Rabiot (6), Thiago Motta (4), Matuidi (4) puis Van der Wiel (87eme) - Di Maria (6) puis Cavani (82eme), Ibrahimovic (7), Lucas (6) puis Pastore (77eme)

N'ont pas participé : Sirigu (g), Kurzawa, Stambouli, Augustin
Entraîneur : L.Blanc

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant