Paris a préparé l'OM au calme

le
0
Paris a préparé l'OM au calme
Paris a préparé l'OM au calme

Le PSG a fait le métier contre l'Apoel Nicosie en s'imposant sur la plus petite des marges (1-0). Un nouveau but de Cavani, qui a beaucoup raté par la suite.Dans un Jerry Bruckheimer du début des années 2000, pas le meilleur d'ailleurs, Nicolas Cage avait besoin de moins d'une minute pour voler des voitures de luxe. Edison Cavani n'a pas eu besoin de plus de temps pour plier la rencontre du PSG contre l'Apoel Nicosie. Une frappe soudaine et puissante sur le gardien qui se troue. Merci, au revoir. Paris a gagné, Paris est qualifié. Pour autant, les spectateurs du Parc ne se sont pas sentis floués comme pouvait l'être ceux qui payaient chers pour voir un combat de Mike Tyson du temps de sa splendeur. Quand on remet ce match dans son contexte (quoi de plus mort que cette quatrième journée de phase de poule de Ligue des champions ?), c'est même une partie sympa, avec de bons sentiments. Il faut quand même savoir une chose : les plus heureux au coup de sifflet final, ça reste quand même les joueurs de l'OM. Parce que Cavani, Lucas et Lavezzi, ça ne respire toujours pas l'efficacité.

Paris démarre donc son match de la meilleure des manières, avec un but. Un centre de Van der Wiel dans la boîte que réceptionne Cavani en bloquant la balle avant de pivoter pour frapper fort. C'est sur Pardo, le goal passé par les équipes réserves de Barcelone, mais ça fait but quand même. Chouette, Laurent Blanc va pouvoir voir son quatuor Pastore-Lavezzi-Lucas-Cavani se faire plaisir sans pression. Il monte d'ailleurs assez haut pour récupérer la balle. Mais les Chypriotes, qui ne prennent jamais de valise, entendent bien résister. Sur un corner à la 10e, Thiago Silva est en retard au marquage, tout comme Cavani. Ça manque de peu de faire but. L'Uruguayen se rattrape en s'arrachant pour mettre la tête sur un centre de Lucas. Poteau. Le ballon erre derrière, mais Lavezzi et Pastore se gênent pour le foutre au fond des filets. Ça aurait pu être pire, ils auraient pu se percuter à pleine vitesse. La reste de la première période est dans cet esprit, avec un Lucas capable de faire lever le stade sur un crochet rapide mais toutes les actions se terminent avec une frappe trop molle, quand c'est le Brésilien, ou à côté, quand c'est Cavani.

Forcément, en deuxième période, c'est un peu plus relax. Nicosie a beau faire rentrer son Irlandais à jouer dans Highlander, Sheridan, ça ne change pas grand-chose. Lucas et Cavani continuent de se procurer des occasions, mais continuent aussi de les foirer largement au dernier moment. Voir l'ancien joueur de Naples rater autant de fois le cadre doit quand même faire se poser...



Dans un Jerry Bruckheimer du début des années 2000, pas le meilleur d'ailleurs, Nicolas Cage avait besoin de moins d'une minute pour voler des voitures de luxe. Edison Cavani n'a pas eu besoin de plus de temps pour plier la rencontre du PSG contre l'Apoel Nicosie. Une frappe soudaine et puissante sur le gardien qui se troue. Merci, au revoir. Paris a gagné, Paris est qualifié. Pour autant, les spectateurs du Parc ne se sont pas sentis floués comme pouvait l'être ceux qui payaient chers pour voir un combat de Mike Tyson du temps de sa splendeur. Quand on remet ce match dans son contexte (quoi de plus mort que cette quatrième journée de phase de poule de Ligue des champions ?), c'est même une partie sympa, avec de bons sentiments. Il faut quand même savoir une chose : les plus heureux au coup de sifflet final, ça reste quand même les joueurs de l'OM. Parce que Cavani, Lucas et Lavezzi, ça ne respire toujours pas l'efficacité.

Paris démarre donc son match de la meilleure des manières, avec un but. Un centre de Van der Wiel dans la boîte que réceptionne Cavani en bloquant la balle avant de pivoter pour frapper fort. C'est sur Pardo, le goal passé par les équipes réserves de Barcelone, mais ça fait but quand même. Chouette, Laurent Blanc va pouvoir voir son quatuor Pastore-Lavezzi-Lucas-Cavani se faire plaisir sans pression. Il monte d'ailleurs assez haut pour récupérer la balle. Mais les Chypriotes, qui ne prennent jamais de valise, entendent bien résister. Sur un corner à la 10e, Thiago Silva est en retard au marquage, tout comme Cavani. Ça manque de peu de faire but. L'Uruguayen se rattrape en s'arrachant pour mettre la tête sur un centre de Lucas. Poteau. Le ballon erre derrière, mais Lavezzi et Pastore se gênent pour le foutre au fond des filets. Ça aurait pu être pire, ils auraient pu se percuter à pleine vitesse. La reste de la première période est dans cet esprit, avec un Lucas capable de faire lever le stade sur un crochet rapide mais toutes les actions se terminent avec une frappe trop molle, quand c'est le Brésilien, ou à côté, quand c'est Cavani.

Forcément, en deuxième période, c'est un peu plus relax. Nicosie a beau faire rentrer son Irlandais à jouer dans Highlander, Sheridan, ça ne change pas grand-chose. Lucas et Cavani continuent de se procurer des occasions, mais continuent aussi de les foirer largement au dernier moment. Voir l'ancien joueur de Naples rater autant de fois le cadre doit quand même faire se poser...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant