Paris:à l'équilibre grâce au coup de maître sur DeutscheBank

le
3

(CercleFinance.com) - a tradition de la clôture mensuelle positive -et en l'occurrence trimestrielle- a finalement été respectée: le CAC40 (+0,1% à 4.448) aligne -au bout du suspens ce vendredi- 3 séances de hausse consécutives et reste calé au contact du seuil pivot annuel des 4.444.

Cela ne suffit cependant pas à inscrire une performance positive sur la semaine (-0,9%, contre -3% ce matin), en revanche, sur le trimestre, c'est un très beau bilan de +5% (tout s'est joué sur juillet/août car septembre s'avère neutre).

On peut parler de véritable miracle sur Deutsche Bank qui est repassé positif (+6,4%) sur la 'rumeur' invérifiable -mais qui tombe comme par hasard au meilleur moment- d'une minoration de l'amende encourue aux Etats Unis à 5,4Mds$ contre 14Mds$ (alors que les négociations n'en sont qu'à l'étape préliminaire avec la justice US), ce qui coïnciderait -décidément le monde est bien fait- avec les 6Mds$ (5,5MdsE) déjà provisionnés par la 'DB'.

Mais peu importe le prétexte du rebond, réel ou fictif: il n'était pas question de laisser la Deutsche Bank instaurer un climat 'pré-Lehman' sur les marchés financiers, 8 ans jour pour jour après la faillite d'AIG et le lancement du TARP aux Etats Unis.

Avec l'inversion de vapeur sur Deutsche Bank, le DAX s'envolait de +1,1% à 10.500 après avoir testé 10.190 au plus bas (soit +3% par rapport aux plancher du jour). Londres cède -0,3%, Madrid -0,2%, Milan prend 0,4% et l'euroStoxx50 affiche +0,35% à 3.002, là encore, un score très 'psychologique'.

A la mi-séance Wall Street, les indices US grimpent de +0,9% (S&P500 à 2.170, Nasdaq à 5.316) à +1%, ce qui efface les pertes de la veille: on joue ouvertement une résolution 'politique' du dossier Deutsche Bank dès ce weekend après le coup de semonce de jeudi soir (le gouvernement allemand va disposer de 3 jours car lundi est férié outre Rhin).

Il y avait sur les marchés depuis hier soir des rumeurs de 'bank run' de la part d'investisseurs très bien informés et très 'sophistiqués' que sont les gérants de 'hedge funds'.

Les 'pompiers' du marché ont été rapidement mobilisés pour endiguer la débâcle, et le cours de la Deutsche Bank s'est inexorablement redressé de 9,90E jusque vers 10,4... et puis il y a eu le lancement de la 'rumeur' vers 16H45 qui a achevé de 'plier' les vendeurs à découvert, lesquels ont du se racheter en panique jusque vers 11,6E (un jeu de massacre, magistralement orchestré, parce que si la rumeur est fausse, de toutes façon, la donne aura changé d'ici mardi en Allemagne car ce dossier va devoir être traité au plus haut niveau de l'état et de la BCE).

Car le problème de fond reste entier, le 'levier' de la 'DB' (ratio fonds propres/encours de prêts) est supérieur à 36 contre 32 pour Lehman à la veille de sa faillite. Les encours (notionnels) de dérivés sont 10 plus importants que Lehman... donc il va falloir recapitaliser en urgence, avec ou sans 'ristourne' sur l'amende aux Etats Unis.

'Voilà enfin un sujet dont il faut se soucier', souligne aujourd'hui Scott J. Brown, l'économiste en chef de Raymond James

'Jusqu'où le problème des banques allemandes peut aller?', s'interroge-t-il. 'Difficile à dire, mais les craintes d'un effet boule de neige existent', ajoute-t-il.

'Comme nous l'avons constaté lors de la crise financière, plus les investisseurs retirent leurs billes, plus les banques doivent se démener pour trouver des capitaux', rappelle l'analyste.

Aux Etats Unis, les dépenses des ménage sont ressorties inchangées au mois d'août, les revenus sont en hausse de +0,2%. Le PMI de Chicago ressort en hausse à 54,2 contre 52 attendu et l'indice de confiance du Michigan est également 'mieux que prévu' (il est réévalué à 91,2 contre 89,8 en août).

Mais symétriquement, la FED d'Atlanta et de New York ont révisé à la baisse leurs anticipations de croissance US pour 2016.

A Paris, les banques qui perdaient entre -3 et -4% ce matin sont revenues à l'équilibre et la lanterne rouge du CAC fut puis Total (-1,2%).

Comme chaque fois que le 'momentum' redevient positif, les robots se sont rués sur les valeurs automobiles et le trio Peugeot, Renault, Valéo affichaient des hausses respectives de +1,1 +1,2 et +1,7%.

Côté replis, à noter les -3% d'Elis, victime d'un 'warning' de la part de... Deutsche bank.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2061328 il y a 2 mois

    les créances douteuses, à ce niveau, peuvent aussi faire (très) mal

  • M2061328 il y a 2 mois

    Rumeur quand tu nous tiens - fin de mois today fin de trimestre - espérons qu'il ne faudra pas vendre la nouvelle après avoir acheté la rumeur

  • berghof il y a 2 mois

    Les USA, pays prédateur, s'enrichissent en rackettant les autres pays de la planète. Sans parler des achats massifs de bons du trésor américain par ces mêmes pays alors qu'ils ne valent rien !