Paris à l'épreuve de la méthode Emery

le
0
Paris à l'épreuve de la méthode Emery
Paris à l'épreuve de la méthode Emery

Au terme d'un stage de six jours à Schladming (Autriche), le PSG s'est imposé hier soir face à une équipe mixte de West Bromwich Albion (2-1). Paris a évolué avec une formation rajeunie en première période et une autre plus aguerrie après la pause, avec Rabiot et Lucas qui ont donné la victoire. Mais au-delà du résultat, anecdotique, on commence à y voir plus clair dans la méthode Emery.

 

Deux schémas tactiques pour l'instant. Lors de la première période face aux Anglais, le PSG a évolué en 4-2-3-1, le schéma tactique privilégié par Unai Emery à Valence puis à Séville, avant de basculer en 4-3-3. Dans cette configuration, et avec plusieurs joueurs de la saison dernière, le club de la capitale s'est logiquement senti plus à l'aise. « J'ai beaucoup parlé avec le staff, je sais que l'équipe jouait en 4-3-3 la saison dernière, donc c'est plus commode pour le moment, a expliqué Emery. Le 4-2-3-1, c'est un système où Ben Arfa ou Pastore se sentent bien. Ce sont donc les deux systèmes que nous allons travailler. »

 

Ben Arfa en meneur de jeu. L'entraîneur basque a pour projet d'utiliser la nouvelle recrue dans une position axiale. En première période, dans le 4-2-3-1, Ben Arfa évoluait comme meneur de jeu, avant de se positionner comme attaquant axial dans le 4-3-3, le poste qui sera dévolu à Cavani. « Pour Ben Arfa, je crois que c'est mieux d'évoluer en 10, confie Emery. Il est capable de jouer en 9, mais aussi sur un côté et ensuite de rentrer dans l'axe. La polyvalence, c'est important. » Le Français a en tout cas créé des différences hier mais il a manqué de précision. « J'ai essayé d'apporter mes qualités », raconte HBA.

 

Les enseignements de la méthode Emery. C'est encore embryonnaire mais, par instants, on a pu discerner hier ce que souhaite mettre en place le nouveau technicien. On l'a souvent vu haranguer Lucas, et d'autres joueurs, afin qu'ils exercent un pressing coordonné ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant