Paris 51

le
0
Paris 51
Paris 51

51 points à la trêve – un record -, meilleure attaque, meilleure défense, meilleur buteur, meilleur passeur, à l'instar de sa seconde partie de saison l'an dernier, le PSG a roulé sur la Ligue 1. Et dire qu'il aurait même pu faire mieux…

Ce qui a bien marché


  • Thiago Silva

    En 2014, le capitaine du PSG était un paillasson. Un bout de caca. À la sortie d'une Coupe du monde ratée, terminée en pleurs et avec une valise de buts en soute, le Brésilien s'est fait cracher dessus par tout le monde. Blanc n'a rien dit et a protégé son joueur, l'alignant semaine après semaine malgré le bashing. Et puis le Monstre s'est relevé, à Stamford Bridge notamment. Après une Copa América moyenne, où il a encore été pointé du doigt, on se disait qu'il allait revenir en mode déprime. Tricard par Dunga, le numéro 2 du PSG n'a jamais semblé aussi fort.… matchs - joueur le plus utilisé - et aucune fausse note. De l'anticipation, de la relance, des jaillissements, des passes de qualité, du charisme, des duels aériens, le Brésilien a mangé sur le crâne de tous les attaquants. Depuis le mois d'août, le joueur est dans une forme stratosphérique. Maintenant, on vient au stade pour se régaler des gestes défensifs de Thiago Silva. Un STRE-MON.

  • Le retour d'Ibrahimović

    Trop vieux, trop lent, cramé, connard, bidon. Durant l'été, Zlatan Ibrahimović a regardé le monde moderne le juger alors que seul Dieu en a le pouvoir. Puis le Suédois a relancé sa machine. Ça a pris du temps, c'est vrai, mais depuis qu'il a pris de la vitesse, le numéro 10 est intraitable. En octobre, il effaçait Pauleta des tablettes du club. En décembre, c'est George Weah qui n'était plus le meilleur buteur du club sur la scène européenne. Bref, cette saison, le Z en est déjà à 17 buts en 22 matchs dont 15 en Ligue 1 (14 matchs) et 6 passes décisives. Le tout en marchant. Et en nettoyant des lunettes. À 34 ans, et dans sa dernière année de contrat, on a retrouvé le joueur qui cassait tout sur son passage entre 2012 et 2014. Reste à le faire en Ligue des champions. En Ligue 1, une chose est sûre, Ibrahimović est bel et bien là. À un degré moindre, le retour au premier plan du meilleur buteur de l'histoire du PSG (123 buts) aura permis à Edinson Cavani de moins aimanter les critiques quand il traversait ses passages à vide malgré un début de saison très intéressant d'un point de vue statistique (10 buts en Ligue 1).

    [LI…




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant