Parc automobile de l'Etat : les fonctionnaires vont rouler à l'économie

le
8
Parc automobile de l'Etat : les fonctionnaires vont rouler à l'économie
Parc automobile de l'Etat : les fonctionnaires vont rouler à l'économie

Fini les grosses cylindrées. Vive la petite citadine trois portes roulant à l'essence. L'Etat reprend la main sur son parc automobile et ses 65 000 voitures. Dans une circulaire signée par Matignon le 16 février et dont notre journal a obtenu une copie, le gouvernement organise l'optimisation des voitures de fonction et de service utilisées dans les administrations et les opérateurs de l'Etat.

Le cap est clair : 150 M¤ d'économies d'ici à 2017. Pour atteindre son but, le gouvernement a tracé la route : interdiction d'acheter les modèles trop coûteux, interdiction de choisir les options les plus onéreuses, assurances désormais obligatoires, passage systématique par les centrales d'achat pour baisser les coûts d'acquisition... Au total, une dizaine de mesures.

L'inflation presque nulle complique la donne

Accusé depuis des mois par la droite de ne pas documenter son fameux plan d'économies de 50 Mds¤ d'ici à la fin du quinquennat, le gouvernement met donc, cette fois-ci, des actes derrière les mots. Un coup d'accélérateur qui intervient à un moment clé. Les services de la Commission européenne enquêtent depuis plusieurs semaines sur la stratégie française en matière de finances publiques. Leurs conclusions sont attendues pour la fin du mois. Or, pour le gouvernement français, l'équation se complique chaque jour un peu plus. La faute à l'inflation, la hausse des prix étant beaucoup moins importante que prévu. Comme le reconnaît d'ailleurs pour la première fois le ministre des Finances, Michel Sapin.

Le hic, c'est que les économies présentées à Bruxelles ont été calculées sur la base d'une inflation à 0,9 %. Et alors ? Moins d'inflation, c'est mécaniquement moins de milliards d'euros d'économies générées par des mesures telles que le gel du point d'indice des fonctionnaires, celui des prestations sociales, etc. Si le gouvernement veut tenir ses engagements, il devra donc faire des efforts supplémentaires, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil le samedi 21 fév 2015 à 19:45

    La police n'a pas tjs les moyens de faire le plein ... alors une voiture ou deux en moins ca change quoi ... nos prisons sont pleines de toute facon .

  • M5850553 le samedi 21 fév 2015 à 10:18

    Et les grosses BMW et Mercédès déclarées de "société" ,avec récupération de la TVA alors que ce véhicule est chez le patron!!!la société ne l'a jamais vue!!!!!!

  • M5850553 le samedi 21 fév 2015 à 10:16

    D et G nous parlent de ce souci du parc auto depuis 1992!!!!!!quelle mesquinerie!!!!

  • lorant21 le samedi 21 fév 2015 à 09:54

    déjà que les flics sont équipés de clio face aux BMW des voleurs... :-)

  • igvisor le samedi 21 fév 2015 à 09:20

    Optimisation de Voitures ?qu'il demande de l'aide a UBER-GOUV ;-) Mutualisation des Chauffeurs

  • slivo le samedi 21 fév 2015 à 09:17

    Mieux vaut s'attaquer au nombre des utilisateurs de ces véhicules plutôt qu'aux véhicules proprement dits : 50% de députés en moins - suppression du sénat . . . et ainsi le problème des véhicules se réglera de lui même !

  • gracyr le samedi 21 fév 2015 à 08:39

    Vu que les petites voitures ne sont plus produites en France, contrairement à celles qu'ils achetaient d'habitude, cela accélérera la fermeture de site français. Le contraire de ce qu'ils pensent!

  • M2286010 le samedi 21 fév 2015 à 08:39

    65 000 véhicules de fonction !! Non soumis aux règles imposées au privé: réintégration partielle comme avantage en nature, etc...Càd que l'inspecteur des impôts qui vous redresse pour ce motif, arrive lui dans une limousine qui n'est pas soumise à ce même règlement. Vous avez dit "Liberté,....Egalité ??....ah! oui PADAMALGAM"...