Paralysés : l'incroyable avancée

le , mis à jour à 11:42
0
Paralysés : l'incroyable avancée
Paralysés : l'incroyable avancée

Elle a envahi tous les domaines du quotidien, des jeux vidéo au cinéma. La réalité virtuelle pourrait désormais changer la vie des paraplégiques. Une étude publiée hier, dans la revue américaine « Scientific Reports », montre en effet qu'après une immersion intensive dans la réalité virtuelle, des patients victimes d'une paralysie complète des deux jambes ont réussi pour les uns à remarcher, pour les autres à conduire ou avoir des rapports sexuels.

 

L'expérience a été menée pendant un an par une équipe de chercheurs de l'université Duke en Caroline du Nord sur huit malades âgés de 18 à 40 ans présentant des lésions de la moelle épinière depuis trois à treize ans. « Au départ, on leur a fait un électroencéphalogramme pour capter l'activité électrique de leur cerveau, explique François Berger, directeur du laboratoire de technologies pour le cerveau à l'Inserm à Grenoble (Isère). Puis on a envoyé ces informations vers un logiciel pour les déchiffrer. »

 

Les malades ont ensuite été plongés dans un environnement virtuel et soumis à tout un tas d'exercices sur tapis roulant. A force de s'imaginer en train de marcher, ils ont appris petit à petit à activer la zone motrice de leur cerveau pour enclencher un mouvement volontaire. Un véritable exploit pour des paralysés qui n'avaient aucun espoir de voir leur handicap disparaître spontanément. Encore plus fou, l'utilisation prolongée de ce système de liaison directe aurait permis d'améliorer leur motricité et leurs sensations. « Quand la moelle épinière est endommagée, l'autoroute qui conduit le mouvement est interrompue mais il reste toujours au moins 10 % de fibres nerveuses dans cette zone », explique François Berger. « Ce sont sans doute ces connexions qui permettent de véhiculer des signaux et d'activer la zone motrice. »

 

En un an, la plupart des malades ont ainsi constaté une amélioration du contrôle de leur vessie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant