Paraguay-Le pape veut plus de démocratie et moins de corruption

le , mis à jour à 04:58
0

par Philip Pullella et Daniela Desantis ASUNCIÓN, 11 juillet (Reuters) - Le pape François a appelé le Paraguay à consolider la démocratie et à mettre fin à la corruption et au trafic de drogue, après avoir reçu un accueil chaleureux vendredi dans ce pays, dernière étape de son périple de huit jours en Amérique latine. A son arrivée à l'aéroport d'Asunción, la capitale du Paraguay, le pape a été accueilli par des femmes qui dansaient sur de la musique Guarania tandis que des personnes figurant des saints avec leur auréole étaient juchés sur des plate-formes. Le premier arrêt du souverain pontife a été une brève visite, impromptue, dans une prison pour femmes. Les détenues, réunies dans une cour, ont chanté pour le pape argentin. En Bolivie, le pape s'était auparavant rendu dans la prison de haute sécurité de Palmasola, l'un des établissements pénitentiaires les plus durs du continent. ID:nL8N0ZQ3PK Par la suite, dans un discours aux dirigeants du pays après une réunion en privé avec le président paraguayen Horacio Cartes, François a déclaré : "Cela fait maintenant quelques années que le Paraguay cherche à construire une démocratie solide et stable. Il convient de reconnaître avec satisfaction les progrès faits en ce sens." Mais, a ajouté Jorge Mario Bergoglio, le Paraguay "doit bannir la tentation de se satisfaire d'une démocratie purement formelle". Le prédécesseur du président Cartes, Fernando Lugo, a été renversé par le Congrès. Le Paraguay a connu son lot de violation des droits de l'homme au cours des 60 dernières années. En 1954, le général Alfredo Stroessner est arrivé au pouvoir à la faveur d'un coup d'Etat. La dictature allait durer plus de 30 ans. ZONE DE NON-DROIT Alfredo Stroessner a lui-même été renversé en 1989 par un putsch du général Andres Rodriguez, qui a par la suite été élu à la présidence, tandis que le Colorado, le parti conservateur d'Alfredo , remportait les élections législatives. Le parti Colorado est resté au centre de la vie politique jusqu'en 2008, avec l'élection à la présidence d'un ancien évêque de gauche Fernando Lugo. Son gouvernement s'est retrouvé dans la tourmente l'année suivante : plusieurs femmes ont affirmé avoir eu des enfants avec lui quand il était évêque. Quatre ans après, Fernando Lugo a été destitué en raison de sa gestion d'une expropriation foncière qui s'est soldée par 17 tués, 11 chez les paysans et six chez les policiers. La présidence est ensuite revenue au parti Colorado avec l'élection d'Horatio Cartes, un riche homme d'affaires. Le pape a appelé à la fin des violences et du trafic de drogue et "à des efforts incessants pour combattre la corruption". La drogue est une question qui touche toute la région. Il existe une zone appelée la Triple frontière, aux confins du Brésil, de l'Argentine et du Paraguay. Côté paraguayenne, la ville de Ciudad del Este est une zone de non-droit notoire, en proie au trafic de drogue. Le pape a souligné la croissance économique paraguayenne tout en lançant un appel en faveur des pauvres. "Un développement économique qui ne prend pas en compte les plus faibles et les défavorisés n'est pas un développement authentique. Le progrès économique doit être mesuré par la dignité intégrale de la personne humaine, particulièrement les plus vulnérables et sans défense", a déclaré le chef de l'Eglise catholique. (Avec Mariel Cristaldo et Hugh Bronstein; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant