Paradis fiscal : explications

le
0

Le terme de paradis fiscal est employé pour désigner les pays exerçant une très faible fiscalité, relativement aux pays appartenant à l'Organisation de Coopération et de Développement économique.

Paradis fiscal : définition

On désigne, sous l'appellation paradis fiscal, les pays et territoires ayant la particularité d'appliquer une fiscalité très basse ou inexistante. Le niveau d'imposition pratiqué est donc bien moindre que celui adopté par les pays membres de l'OCDE.

Une autre dimension essentielle à la caractérisation du paradis fiscal est le manque de transparence des systèmes et réseaux financiers, favorisant les dissimulations d'activités. La faible imposition et l'opacité des transactions font des paradis fiscaux des territoires très prisés des investisseurs.

En outre, les pays répertoriés comme paradis fiscaux refusent de communiquer sur leur fiscalité, avec les autres États.

Les différents types de paradis fiscaux

On peut répertorier trois grands types de paradis fiscaux, à travers le monde. Le premier se caractérise par une très faible imposition, appliquée aux entreprises. Le second propose une très faible imposition aux personnes physiques. Enfin, la troisième catégorie applique une fiscalité faible aux entreprises ainsi qu'aux personnes physiques.

Où se trouvent-ils ?

Il convient d'établir des distinctions. Ainsi, Monaco est un paradis fiscal pour les investisseurs étrangers, mis à part les Français. Le Luxembourg, la Suisse, les îles Caïman, Singapour, les Bermudes ou les Bahamas sont d'autres paradis fiscaux.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant