Parachutes dorés, hauts salaires: vive les Suisses !, lance Désir

le
3

Harlem Désir, numéro un du PS, a rendu hommage lundi aux Suisses qui ont plébiscité la veille un contrôle des hauts salaires et une interdiction des "parachutes dorés".

"J'ai envie de dire +vive les Suisses !+", s'est exclamé l'eurodéputé sur France Info. "Quand, au Parlement européen - et la France y a participé - nous adoptons une limitation des bonus des traders, cela va dans la même direction", a-t-il dit.

"Lorsque dans la réforme bancaire, avec les députés socialistes, nous avons renforcé les dispositions contre les paradis fiscaux, tout cela, c'est la lutte contre la finance folle qui ne doit pas dicter sa loi à l'économie réelle", a poursuivi le Premier secrétaire du PS.

"Il faut lutter contre les rémunérations exorbitantes dans un temps de crise où l'on demande des sacrifices à tout le monde", a-t-il fait valoir. C'est aussi "pour cela que nous insistons sur le fait que la taxe exceptionnelle à 75% qui était prévu pour les revenus supérieurs à un million d'euros" soit "bel et bien mise en place pour des raisons à la fois de justice et de contribution aux efforts collectifs".

Les Suisses ont plébiscité dimanche la limitation des "rémunérations abusives" des patrons des sociétés suisses cotées en Suisse ou à l'étranger et prohibant les "parachutes dorés".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • chnivet le lundi 4 mar 2013 à 16:07

    Je vous rappelle que la hausse de TVA en 2014 . C'est 10 milliard .Il faut y ajouter la future hausse sur le gasoil (7 milliard ?) ! Youpi !!! . Le choc de compétitivité se fera en 2014 . CA va être une sacré choc !

  • hipocrat le lundi 4 mar 2013 à 14:58

    Harlem Desir n'etait pas aussi admiratifdes Suisses quand ils ont votes contre les minarets !

  • OSS119 le lundi 4 mar 2013 à 14:41

    La gauche n'a certainement pas le monopole de la dénonciation de ces scandales. Par contre, la gauche a la responsabilité historique de la multiplication de la pauvreté, via ses encouragements à l'immigration et à la généralisation de l'assistanat