Parabènes dans les médicaments : une «chasse aux sorcières chimiques»

le
0
INTERVIEW - Utilisés depuis des décennies dans l'industrie phramacologique, les parabènes sont des conservateurs de référence. Et pour le Pr François Chast, chef du service pharmacologie-toxicologie de l'Hôtel-Dieu, leur balance bénéfices/risques est positive.

Naturellement présents dans de nombreux fruits et légumes (cassis, carotte, vanille...), les parabènes sont utilisés depuis 1920 comme conservateurs dans l'industrie alimentaire, cosmétique et pharmacologique. Ils sont donc logiquement présents dans les médicaments, comme en attestent leurs notices. Le Monde daté du 24 mai a listé quelque 400 spécialités pharmaceutiques contenant des parabènes. Parmi les plus connus, figurent notamment la Biafine, le dentifrice Fluocaril, Humex (maux de gorge), Fungizone (antimycosique), Ibuprofène (anti-inflamatoire), Motilium (antinauséeux), Maalox (maux d'estomac), Primperan (contre les nausées), etc. En réalité, «il y en a sûrement beaucoup plus!» , estime le Pr Jean-Paul Giroud, pharmacologue reconnu exerçant à l'Institut Cochin et auteur du livre Médicaments sans ordonnance, les bons et les mauvais (La Martinière). «Les parabènes ont une bonne activité antibactérienne et antifongique (contre les champignons NDLR), prü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant