Papy Djilobodji, maître Yoga

le
0
Papy Djilobodji, maître Yoga
Papy Djilobodji, maître Yoga

Un physique de déménageur breton, une agressivité débordante, mais une volonté de fer et un cœur en or. Ça, c'est Papy Djilobodji, surprise du dernier jour de mercato et désormais jeune disciple du maître Mourinho. Portrait.

"Allô ? Oui, devine quoi ? C'est trop bon, c'est trop bien Je vais passer ma visite médicale à Chelsea !" M. Gerard est l'un des proches de Papy Djilobodji. Il l'a hébergé à Moissy, en Seine-et-Marne, durant une année, juste après son arrivée du Sénégal. Et quand son ancien hôte reçoit ce coup de fil, il est partagé : "J'étais content et surpris à la fois." Quand on y pense, c'est plutôt logique. Dernier jour du mercato, on parlait de John Stones, Marquinhos, et puis les Blues se rabattent finalement sur Papy Djilobodji. Il y a de quoi être étonnée. Vincent Sasso, son ancien coéquipier à Nantes, ne peut pas cacher sa surprise quand il reçoit la notification sur son portable : "On parlait du Celta Vigo, de la Turquie et tu passes de ça à Chelsea ! C'est gros quand même." Et si tout son entourage a plus ou moins été pris de court, avec du recul, ils reconnaissent tous que la persévérance du Papy a fini par payer. Le grand latéral a réussi à équilibrer la force et à obtenir ce qu'il voulait.

Basket, colocation et surplus d'énergie


1er juillet 2009, aéroport de Roissy Charles de Gaulle. Papy met les pieds pour la première fois en France. Après des tests en Moldavie, où il faisait "trop froid pour lui" selon M. Gerard, ce jeune Sénégalais, ce fils de basketteur au physique de pivot, préfère tenter sa chance dans le foot. Il quitte sa famille et son Kaolack natal, "une petite ville reculée par rapport à Dakar", à son grand regret. Mais il est persuadé que son sacrifice paiera un jour ou l'autre. Il débarque donc à l'US Sénart Moissy, un petit club en CFA qui galère à lui trouver un logement. C'est là qu'intervient M. Gerard : "J'avais de la place dans ma maison, donc je lui ai dit de venir. Et puis comme ça s'est bien passé, je lui ai dit de rester chez moi." Colocataires d'abord et puis amis finalement. "On s'appelle encore aujourd'hui. On discute, il m'invite chez lui, on se fait des bouffes. Il est très bon cuistot. Il me fait souvent du thiéboudiène, un plat de chez lui."

M. Gerard, qui est aussi l'entraîneur des gardiens du club, suit les progrès de Papy avec attention. Mais il n'est pas le seul. Matthieu Bideau, recruteur au FC Nantes, a également un œil sur lui : "On l'avait repéré grâce à Philippe Casagrande qui bossait sur…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant