Papillomavirus : le vaccin réduit les risques

le
0
Une étude américaine met en évidence une baisse de plus de 50% de la contamination par le papillomavirus, après la vaccination.

À la fin des années 1970, les chercheurs ont découvert que certains virus, les papillomavirus (en particulier ceux de type 16 et 18) étaient responsables du cancer du col de l'utérus. Près de vingt-cinq ans plus tard, des firmes pharmaceutiques mettaient au point un vaccin contre ce cancer. En 2006, les autorités sanitaires américaines le recommandaient à toutes les jeunes filles de 11 à 13 ans, puis jusqu'à 26 ans. Une enquête publiée en début de semaine dans The Journal of Infectious Diseases, révèle une baisse de la contamination par ces virus pour les filles de 14 à 19 ans, grâce à cette politique vaccinale. C'est une bonne nouvelle pour la santé publique.

En France dans le nouveau calendrier vaccinal, ce vaccin (trois injections avec un intervalle de deux mois entre la première et la deuxième et de quatre mois entre la deux...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant