Papa Wemba, voix intense de la rumba congolaise

le
0
Papa Wemba, lors de son dernier concert à Abidjan, le 24 avril 2016.
Papa Wemba, lors de son dernier concert à Abidjan, le 24 avril 2016.

Le chanteur est décédé à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, le 24 avril. Il avait 66 ans.

Il brillait comme un phare pour tous les Congolais, qui ont fait de lui un roi. Figure de proue de la suave et dansante rumba congolaise, la bande-son des indépendances africaines au début des années 1960, Papa Wemba était une des stars de la musique africaine.

Le chanteur est décédé à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, le 24 avril. Il avait 66 ans. Invité du Femua, le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo, créé par A’Salfo – chanteur et leader du groupe ivoirien Magic System – il est mort lors de son transfert à l’hôpital, après un malaise survenu sur scène, peu après 5 heures du matin.

A Kinshasa, dimanche matin, on a d’abord cru à une rumeur. Les rumeurs sont la rançon de la célébrité. Déjà, en 1982, certains n’avaient-ils pas laissé le chanteur pour mort, assassiné, alors qu’il était juste parti en France quelques mois, sans donner de nouvelles. A son retour, une foule immense l’attendait pour l’escorter jusqu’à son QG, village Molokaï, dans Matonge, le quartier des bars et de la fête, à Kinshasa.

« A la fin des années 1950, des missionnaires venaient projeter des films en plein air à Matonge. Un jour, ils en ont passé un qui s’appelait L’Ile de Molokai. Ce nom nous a plu, on l’a gardé pour rebaptiser notre quartier : village Molokaï », nous racontait Papa Wemba, en 2001, lorsque nous l’avions rencontré dans son fief, où il préparait le concert qu’il devait donner à Bercy, le 31 décembre. Né Jules Shungu Wembadio, en 1949, à Lubefu, dans la régio...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant