" Papa, pourquoi un carton rouge si tu n'es pas un joueur ? "

le
0
" Papa, pourquoi un carton rouge si tu n'es pas un joueur ? "
" Papa, pourquoi un carton rouge si tu n'es pas un joueur ? "

En quelques secondes, Henry de Jesús Diaz, commentateur sportif, est entré dans l'histoire du football en se faisant exclure par l'arbitre. Une première dans le foot qui méritait forcément un petit coup de fil outre-Atlantique.

Comment vas-tu depuis ce fameux 24 octobre ? Nous sommes actuellement entré dans un processus pénal puisqu'avec mon exclusion de la cabine des commentateurs, je n'ai pas pu continuer à passer les publicités qui normalement entrecoupent mes commentaires. J'ai donc dû continuer à relater la rencontre derrière les grillages, à hauteur du terrain, sous la pluie ! Donc en plus du dommage commercial pour nos clients et pour nous, on peut aussi parler de dommage personnel dans le sens où j'ai été très affecté émotionnellement. En repensant à tout cela, il m'est même arrivé de pleurer. Ils ont maltraité la liberté de la presse. Voilà pourquoi nous avons porté cette affaire devant les tribunaux.

Que s'est-il exactement passé ce jour-là ? Le fond du problème, c'est que le président de la commission d'arbitrage a déclaré qu'il y avait des hauts-parleurs qui retransmettaient mes commentaires dans tout le stade et que c'est pour cette raison que j'avais été exclu. Ce qui est totalement faux. En réalité, le juge de ligne était plus focalisé par ce que je racontais au micro que par le match en lui-même (rires) ! Et au moment où je dis " quelle honte, quelle honte, l'arbitrage a été terrible aujourd'hui ", l'assistant est juste en-dessous de la cabine pour procéder à un changement. C'est là qu'il a décidé de le signifier à l'arbitre central qui m'a ensuite exclu. C'est fou. Ce n'était encore jamais arrivé nulle part ailleurs dans le monde !

Comment réagis-tu quand tu prends conscience que c'est toi que l'arbitre désigne ? Sur le moment, je rigole. Je rigole parce que je ne peux pas m'imaginer que ce qui se passe est réel. Il y avait tellement de confusion que personne ne comprenait vraiment qui était censé sortir. Il s'agissait finalement de moi et c'est là que j'ai dit "mais je suis le commentateur ! Monsieur, vous rendez-vous compte que vous êtes en train de bafouer la liberté de la presse ou bien faut-il qu'on aille au tribunal pour que vous le compreniez ?" Je n'y croyais pas...

L'arbitrage était trop en faveur de l'équipe adverse à ton goût, c'est ça ? Disons qu'on assiste souvent à des arbitrages bien plus favorables à l'encontre des équipes de la capitale. Et c'était encore le cas ce jour-là avec cette équipe de Barrio…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant