« Papa, je ne fais pas du vélo pour être 15e ! »

le
0
« Papa, je ne fais pas du vélo pour être 15e ! »
« Papa, je ne fais pas du vélo pour être 15e ! »

Sous la pluie battante à Morzine, il a salué la deuxième place de son fils au classement général comme une victoire. Sur un nuage depuis la veille et le succès du leadeur des AG2R à Saint-Gervais, Philippe Bardet, présent lors des quatre étapes alpestres, vit un conte de fées. Heureux, fier, et comblé, l'instituteur de 54 ans raconte, avec toute la retenue qui caractérise la famille auvergnate, l'histoire d'un enfant doué et travailleur.

 

Que ressentez-vous en premier lieu ?

Philippe Bardet. Ce qui arrive à Romain est formidable. Cette deuxième place, c'est géant. Cela ouvre tellement de perspectives.

 

Avant le début du Tour, espériez-vous un tel résultat ?

Non, je n'y pensais pas. Je ne me dis jamais qu'il va faire tel ou tel résultat. L'idée de la victoire d'étape, par exemple, ne m'a même pas effleuré à Saint-Gervais. C'est après coup que je réalise et que je me rends compte de la dimension des choses.

 

Romain sera désormais considéré comme un candidat à la victoire finale...

Sans doute, mais le sport, c'est tellement aléatoire. Ce qu'a fait Romain en terminant à la fois deuxième du Dauphiné et du Tour de France, c'est grand et je suis convaincu qu'il a encore une marge de progression. Les meilleures années d'un athlète sont entre 25 et 30 ans et il n'en a que 25. (Sourire) Mais il faut que Chris Froome parte à la retraite pour que Romain gagne le Tour.

 

Comment avez-vous trouvé votre fils ces derniers jours ?

Romain est tellement serein qu'on le devient quand on passe du temps à ses côtés. Même sur le Tour, il ne panique pas, il est toujours concentré. Il relativise beaucoup, il se dit que ce n'est que du sport et qu'il y a plus grave. Les attentats de Nice l'ont cruellement rappelé. Il était déjà comme ça enfant. Il a toujours été sérieux, très autonome dans tout ce qu'il faisait, avec le souci du détail. Quand il était adolescent et que ses copains sortaient le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant