Paolo De Ceglie, entre football et platines

le
0
Paolo De Ceglie, entre football et platines
Paolo De Ceglie, entre football et platines

Tatouages, jeux vidéo, pêche... Beaucoup de footballeurs ont des passions autres que celle de la balle. Paolo De Ceglie, lui, est DJ à ses heures perdues, et est même allé jusqu'à produire un son en 2013 : Moving On. Musique.

Depuis qu'il est arrivé à l'Olympique de Marseille dans les dernières heures du dernier mercato estival, le 31 août dernier précisément, Paolo De Ceglie n'a séduit ni ses dirigeants, ni les fans du club de la Canebière. Loin de là, même. Pourtant, en posant ses valises dans le Sud de la France, le latéral gauche était motivé, ambitieux et l'avait expliqué dans les colonnes de La Provence : "Je veux jouer un maximum. Il y a tant de matchs au calendrier ! (…) On aura donc besoin de tout le monde pour mener de front les deux compétitions (championnat et Ligue Europa, ndlr). J'espère donc être bien et participer. " Un échec pour le moment. Prêté par la Juventus pour la quatrième fois d'affilée, l'Italien n'est apparu que six fois maillot bleu ciel et blanc sur le dos, dont trois en tant que titulaire, pour six déceptions. Un bien maigre total pour un latéral de 29 ans au palmarès footballistique pas si dégueulasse, qui avait de quoi faire espérer les Marseillais.

De Paulo à DJ Paolino


Finalement, Paolo n'a jamais confirmé les espoirs placés en lui depuis le début de sa carrière de footeux. Peut-être la raison pour laquelle ce dernier s'est lancé, il y a déjà un paquet d'années, dans la musique et le scratch, casque sur la tête, mains sur sa platine.

👉 @Lass_Officiel est bien dans le groupe pour #OMGFCA ! Sparagna et Zambo Anguissa aussi. Alessandrini et DJ De Ceglie sont out. #TeamOM

— #TeamOM Officiel (@TeamOM_Officiel) 12 Décembre 2015 "

Le son, une seconde passion que le natif d'Aoste, en Italie, a pris très au sérieux, contrairement aux supporters olympiens, et cela dès son adolescence. Avec le seul et unique objectif de sortir, un jour, sa propre production pour faire danser les gens en boîtes de nuit. Et pour jouer le jeu à fond, le bonhomme s'est même trouvé un blase à l'époque : DJ Paolino. Si, si, parfaitement. Et il y a deux ans et demi, le 14 juin 2013, le rêve est devenu…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant