Panasonic va cesser de produire des écrans de TV plasma dès le printemps

le
0
Panasonic va cesser de produire des écrans de TV plasma dès le printemps
Panasonic va cesser de produire des écrans de TV plasma dès le printemps

Le géant de l'électronique japonais Panasonic va arrêter de produire des écrans de TV plasma dès le printemps prochain, une activité déficitaire qui a contribué à plomber ses comptes ces dernières années, a rapporté mercredi le quotidien Nikkei.D'après ce journal des milieux d'affaires, le groupe prévoyait initialement d'arrêter cette production vers la fin du prochain exercice comptable d'avril 2014 à mars 2015, mais aurait décidé d'accélérer le mouvement et de tout cesser d'ici à la fin de l'exercice en cours, soit vers mars 2014.Joint par l'AFP, un porte-parole de Panasonic a affirmé que "rien n'avait été décidé". "Des discussions se poursuivent sur notre activité d'écrans plasma", a-t-il toutefois reconnu.Le groupe n'arrive pas à rentabiliser sa production d'écrans plasma, qui occupent un créneau de plus en plus minoritaire dans le marché mondial des téléviseurs (notamment face aux écrans à cristaux liquides LCD).Il avait déjà nettement réduit sa production de dalles plasma au Japon et stoppé celle en Chine au début 2013, revenant sur des projets antérieurs d'augmenter la production dans son usine de Shanghaï où il a finalement arrêté la fabrication de ces écrans. D'après le Nikkei, il va cesser cette activité dans sa dernière usine du genre, située à Amagasaki (centre-ouest du Japon), qu'il compte vendre. Le groupe qui avait déjà stoppé le développement de nouveaux modèles de TV plasma écoulera ensuite ses derniers stocks dans les mois suivants.Le géant de l'électronique et de l'électroménager mène une restructuration drastique depuis la crise financière internationale de 2008-2009, mais reste confronté à une concurrence étrangère redoutable, notamment asiatique, et a subi d'énormes pertes nettes de plus de 750 milliards de yens lors de chacun des deux derniers exercices comptables (5,7 milliards d'euros), payant au prix fort la facture de sa restructuration.Par des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant