« Panama papers » : SOCIETE GENERALE réplique à l'article du Monde

le
0

(AOF) - Société Générale a réagi à l’article du Monde dans lequel il évoque la création par la banque de 979 sociétés offshore via le cabinet Mossack Fonseca. Selon l’analyse des « Panama papers », la banque française organiserait cette activité offshore, depuis ses filiales en Suisse, au Luxembourg et aux Bahamas, à distance du superviseur bancaire français. Le quotidien précise que près d’une centaine des entités ouvertes par la Société Générale chez Mossack restent actives tandis que d’autres ont été transférées à d’autres gestionnaires et poursuivent leurs activités ailleurs.

Jugeant que Le Monde exploite des données incohérentes générant des amalgames scandaleux nuisant à son image, Société Générale affirme que ces données ne reflètent ni son activité, ni la politique menée depuis plusieurs années en matière de lutte contre la fraude et l'évasion fiscales.

Elle précise fournir des services bancaires et fiduciaires à des sociétés patrimoniales pour le compte de ses clients dans le cadre de son activité de banque privée. La banque souligne que cette activité " totalement marginale est opérée de façon transparente dans le respect des règles en vigueur en matière de lutte contre la fraude et l'évasion fiscales ". Société Générale ajoute que le nombre de structures actives créées par l'intermédiaire du cabinet Mossack Fonseca pour les clients est de l'ordre de quelques dizaines.

Société Générale explique enfin qu'elle a pro-activement rappelé à ses clients la nécessité de se conformer aux obligations fiscales de leurs Etats de résidence. Cette action a conduit à demander le gel voire la fermeture de comptes lorsque la régularité fiscale ne lui est pas apparue avérée.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant