Panama Papers: Linkurious, la start-up qui a aidé à éplucher les données

le
0
Panama Papers: Linkurious, la start-up qui a aidé à éplucher les données
Panama Papers: Linkurious, la start-up qui a aidé à éplucher les données

Comment trouver des pistes dans la masse des 11,5 millions de documents des "Panama papers" ? La start-up Linkurious a fourni aux journalistes son logiciel de visualisation pour les aider à mener leur enquête sur de complexes montages financiers offshore.Depuis la publication de l'enquête par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) qui a révélé un vaste système d'évasion fiscale à l'échelle du globe, la petite équipe de cette start-up parisienne est sur un nuage et espère que ce bon exemple de traitement du "big data" (les méga-données) appliqué au journalisme d'investigation fera des émules."On est comme des gamins, c'est un rêve pour des créateurs de logiciels (...) quand des gens s'approprient la technologie et améliorent les choses...et c'est magique pour nous", explique à l'AFP Sébastien Heymann, le PDG de cette jeune pousse.Dans une pièce quasi-monacale, les six jeunes hommes studieux qui forment la start-up scrutent leurs écrans où défilent des lignes de codes pour mettre la dernière touche à leur prochain logiciel.Après avoir été "incubés" dans le vivier de Telecom Paristech, ils ont déménagé cet automne chez la pépinière de start-ups "Paris Soleillet", dans le 20ème arrondissement.Linkurious s'était rapprochée de l'ICIJ au moment des "Swiss Leaks", l'enquête sur des comptes cachés en Suisse. Et pour traiter les "Panama papers," elle a mis à disposition des 370 journalistes associés à l'enquête son logiciel de visualisation de graphes de données dans un environnement très sécurisé.Pour M. Heymann, "le challenge avec l'enquête des +Panama papers+, c'était la quantité phénoménale de documents qu'il y avait, plus de 11 millions de documents, des teraoctets, donc on ne pouvait pas juste se permettre de les lire", cela aurait pris une trentaine d'années.Il fallait "des medium technologiques, des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant