Panama Papers : le patron de la Société générale clame sa sincérité

le , mis à jour à 15:27
10
Panama Papers : le patron de la Société générale clame sa sincérité
Panama Papers : le patron de la Société générale clame sa sincérité

Mise en cause dans l'affaire des Panama Papers, notamment par le sénateur communiste rapporteur de la commission d'enquête sur l'évasion fiscale, Éric Bocquet, le patron de la Société générale, Frédéric Oudéa, s'est entretenu ce mardi matin avec la présidente de la commission des finances du Sénat. « Je veux me faire une opinion », « après on verra », avait expliqué Michèle André (PS).

«Je lui ai dis que j'avais répondu avec la plus totale sincérité à toutes les questions de la commission d'enquête du Sénat d'avril 2012 et que je serais heureux d'apporter toutes les explications et informations relatives aux révélations récentes de la presse à l'ensemble des membres de la Commission des Finances du Sénat selon la procédure et le cadre décidé par le Sénat», a déclaré Oudéa à l'issue d'un entretien d'environ une heure avec Michèle André.

Cette rencontre était un préambule à l'audition, par la commission des Finances, « d'institutions financières et des autorités chargées de la régulation financière et du contrôle fiscal », selon cette commission sénatoriale, « afin de mieux appréhender les montages identifiés par les Panama Papers, ainsi que les lacunes juridiques susceptibles de les avoir rendu possibles et d'en tirer les conséquences utiles ».

Mercredi dernier, le rapporteur de la commission d'enquête sur l'évasion fiscale, Éric Bocquet (Communiste, républicain et citoyen, CRC), avait annoncé que son groupe allait « saisir le bureau du Sénat » pour poursuivre en justice pour faux témoignage Frédéric Oudéa, qui a déjà eu à s'expliquer à Bercy il y a une semaine.

«Nous avons adopté un dispositif strict»

S'exprimant sous serment le 17 avril 2012, devant la commission d'enquête sénatoriale sur l'évasion des capitaux, le DG de la Société générale avait affirmé que son établissement avait « fermé ses implantations dans les pays qui figuraient sur cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 il y a 8 mois

    C'est fou ce qu'il a l'air sincère.....

  • j.neugeb il y a 8 mois

    c'est le Maccarthysme à la Française! Ces petits sénateurs grassouillets se prennent très au sérieux!

  • AZOTH il y a 8 mois

    hahahaha

  • Cambio17 il y a 8 mois

    Kerviel doit bien rigoler !

  • Jermaup il y a 8 mois

    C'est pas moi c'est Jérôme Kerviel !!! Nous, Société Generale n'avons aucune implantation au Panama, mais nous y avons des activités par l'intermédiaire des filiales de nos sociétés écrans.

  • scred il y a 8 mois

    Meme pas parce que le sénat c'est une grosse foutaise, j' ai encore en souvenir celui qui nous dit que l'on sanctionne pas Renault pour ces sociétés fictive pour toucher plus de crédit impôt recherche et le justifié en disant qu il ne faut rien dire parce que l'on a plus beaucoup de constructeur automobile en France.

  • SM7 il y a 8 mois

    Le sénat va dire à Frédéric Oudéa, ''c'est pas bien, ça ira pour cette foi, mais promettez nous, la main sur le cœur et les yeux dans les yeux, que vous ne recommencerez pas''.

  • M1945416 il y a 8 mois

    et comme dans ces clients il y a des politiciens, ça va être mis sous le tapis

  • Mig737 il y a 8 mois

    Mais ce n'est pas eux, c'est encore un coup de Kerviel qui a ouvert tous ces comptes à l'époque!

  • M1945416 il y a 8 mois

    la main sur le coeur, comme la dernière fois : j'était pas au courant ...