Panama papers: Le Monde cible des proches de Marine Le Pen

le
1
LE MONDE CIBLE DES PROCHES DE MARINE LE PEN ET JEAN-MARIE LE PEN DANS LES "PANAMA PAPERS"
LE MONDE CIBLE DES PROCHES DE MARINE LE PEN ET JEAN-MARIE LE PEN DANS LES "PANAMA PAPERS"

PARIS (Reuters) - Des proches conseillers de Marine Le Pen, mais également son père Jean-Marie, ont utilisé des systèmes offshore sophistiqués passant notamment par le Panama pour sortir de l'argent de France, écrit mardi Le Monde.

S'appuyant sur le fichier "Panama papers", le quotidien met en cause l'homme d'affaires Frédéric Chatillon et l'expert-comptable Nicolas Crochet, présentés comme membres du "premier cercle des fidèles" de la présidente du Front national.

Les deux hommes sont mis en examen dans le cadre de l'enquête sur le micro-parti de Marine Le Pen et le financement des campagnes électorales pour la présidentielle et les législatives de 2012.

Frédéric Chatillon avait pris les devants lundi en assurant que le FN n'avait "rien à voir" avec cette "affaire privée" qui l'avait amené à investir en 2012 en Asie une partie des bénéfices qu'une de ses sociétés, Unanime, avait réalisés en 2011 et de localiser le véhicule d'investissement à Hong Kong.

Il expliquait avoir légalement racheté une structure juridique préexistante sans activité, qui s'est trouvée avoir été créée à l'origine par le cabinet panaméen Mossack Fonseca, au centre du scandale "Panama papers".

Dans un communiqué, le FN a dénoncé pour sa part des "amalgames scandaleux", affirmant ne pas être impliqué dans cette affaire privée.

Mais Le Monde insiste sur la proximité de Frédéric Chatillon avec Marine Le Pen, soulignant que son entreprise de base, Riwal, est devenue le principal prestataire du FN pour la communication lors des campagnes électorales et, en 2012, son prestataire exclusif.

Nicolas Crochet a été chargé du programme économique de la présidente du FN en 2012, ajoute-t-il.

SUR LA PISTE DU TRÉSOR DE JEAN-MARIE LE PEN

Le quotidien décrit un système offshore complexe entre Hong Kong, Singapour, les îles Vierges britanniques et le Panama utilisé pour "sortir de l'argent de France, au moyen de sociétés écrans et de fausses factures avec la volonté d'échapper aux services antiblanchiment français".

La correspondance entre les différents protagonistes a été versée au dossier judiciaire de l'enquête sur le financement des campagnes de 2012 du FN, assure-t-il.

Parallèlement, le parquet national financier soupçonne Jean-Marie Le Pen de s'être servi de son ancien majordome et homme de confiance, Gérald Gérin, ayant droit officiel d'une société offshore baptisée Balerton Marketing Limited, pour dissimuler une partie de sa fortune.

Créée aux Caraïbes en 2000, Balerton Marketing Ltd apparaît sur les fichiers de la firme panaméenne de domiciliation de sociétés offshore Mossack Fonseca, écrit Le Monde.

Depuis juin 2015, la justice a ouvert une enquête pour blanchiment de fraude fiscale susceptible de conduire au président d'honneur du FN et à sa femme Jany.

Les fonds de Balerton se divisent en billets (97.000 euros), en titres (pour l'équivalent de 854.000 euros) et en lingots d'or (26), selon Le Monde, pour qui la cellule anti-blanchiment Tracfin aurait versé au dossier des éléments montrant une confusion de patrimoines et de gestion entre d'un côté Gerald Gérin, et de l'autre Jean-Marie et Jany Le Pen.

En outre, la présence des époux Le Pen en Suisse aurait été repérée aux dates clés de la vie de cette société.

Interrogé par Le Monde, Gérald Gérin affirme que cet argent "n'a rien à voir" avec le fondateur du FN et que les parts de cette société lui ont été cédées gratuitement par une personne aujourd'hui décédée. "Je n'ai jamais servi de prête-nom pour Jean-Marie Le Pen. C'était pour mes vieux jours, je ne m'en souciais pas", dit-il.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a 8 mois

    C'est du réchauffé. Rien de nouveau, les protagonistes ont déjà été entendus à ce sujet.